Championnat du Monde 2019

le championnat à domicile


Mon budget, gravement amputé par les "marcheurs-sic", m'ayant interdit voyage et séjour à Vilnius (Lithuanie), je me suis borné à faire le championnat du monde "en chambre".

1ère journée.

100% pour Kasper Piorun, que j'ai personnellement félicité à Łowicz 2011 et Ostróda 2015, qui semblait donc parti pour gagner. Il n'y a rien d'étonnant qu'un joueur de 2656 points zélo résolve parfaitement 3 études (difficiles, mais non inhumaines), comme il le fit.

La plus intéressante m'a paru la 2e, dont j'avoue n'avoir pas trouvé l'étonnant 6e coup. On se demande pourquoi le corrigé officiel s'arrête au 8e, omettant un retour (switchback) et un mat modèle. A quoi s'ajoute une faute : 8 Rh5 n'est nullement un "ZZ". Une nouvelle preuve que les problémistes, dans leur ensemble, ne comprennent rien aux études et, ipso facto, qu'elles devraient être éliminées de ce genre de concours.

L'épreuve des 2# n'a pas embarrassé grand monde parmi les vedettes. Il est clair qu'ils n'avaient pas été composés par Feoktistov. Le premier est le plus spirituel, avec ses 6 essais. On peut jouer la clé du 2e a tempo, sans avoir rien compris ; la vérification prend 2 minutes. Le 3e (le plus joli) est un mutate, comme disent les savants. 4 mats sur les 5 préparés sont changés.

Celle des 3# guère plus : un pion blanc m'a donné immédiatement l'intuition de la clé du premier. Le 2e, tout de même plus ardu, vaut surtout par une très belle variante de sacrifice, exploitant un affaiblissement inattendu. Attention à ne pas oublier d'autres variantes, plus banales mais notées tout autant ! Le 3e a une clé encore plus évidente que le 1er. En concours, il est recommandé, dès que vous séchez un peu sur le 2e, de passer au 3e, de le liquider, et ainsi avoir tout le reste du temps à consacrer à un seul problème.


 


2e journée.

L'aidé 2# a bien 3 solutions apparentées, mais on peut se tromper sur le lien de parenté, et alors bloquer sur la 3e. L'aidé 3# fait penser à Mister Jones (TB+FB+pions) mais il provient du "Caillaud finlandais" omniprésent dans notre cours. Il ne m'a pas semblé très difficile, les possibilités ne sont pas immenses. Mais l'une des solutions est humoristique et peut nous échapper dans le stress d'un tel championnat. Une solution de l'aidé 5# m'a sauté aux yeux, une embuscade à la Abdu (également omniprésent). L'autre solution peut être redevable au CNe1, grâce auquel le mat sera modèle ! En résumé, une épreuve nettement plus facile que celle d'antan à Ohrid (note : "antan" ne signifie pas "jadis" comme on le croit généralement, mais "l'année dernière"). 

Notre Michel a un beau zéro dans les multi-coups, comme moi-même à Iași 2015. Ce n'est pas drôle, mais c'est mieux qu'attraper un cancer. Murdzia fait une chute similaire, marquant (comme... à Iași !) un tiers des points. Malgré cela, son titre n'est pas perdu, il suffit, comme d'hab, qu'il résolve l'inverse 5#.

Le 4# a beaucoup fait souffrir : seulement 2 solutions complètes (en concours, passez directement au suivant). Son auteur avait déjà torturé au championnat de France 2018. La clé est difficile, il y a au moins 3 coups plus naturels. Les mats sont jolis : une digne récompense pour les courageux ! On devine assez vite, en gros, le mécanisme du 5#, mais on passe un peu plus de temps sur la menace, ce qui fait douter de la clé. Le 6# est une jolie combinaison, toutes les idées sont là, mais il faut trier. Le fait qu'on subodore un mat modèle est une aide incontestable.

Rien à dire sur l'inverse 2#. Celui en 3 est très plaisant, avec un "changement de registre" rappelant G. Anderson : voyez

http://lecoursdumaitre.e-monsite.com/pages/tools/cb-2005/les-positions-du-15-fevrier-2005.html 

Murdzia et Piorun ont bloqué sur celui en 5. Il n'a été résolu (bravo !) que par le junior popov nommé Popov. Et, partiellement, par l'Allemand Tummes, mon ami Marjan et un autre Russe dans les choux. C'est l'oeuvre d'un 3e Russe que je ne connaissais pas, qui n'a que 7 problèmes et 3 études dans la base du "cher Dmitri". Il est trouvable (éventuellement au-delà des 50 minutes allouées pour les 3 inverses) à condition de penser à diriger la bonne pièce vers la case de mat (que l'on devine). Et quand on a la menace, ça va mieux. Dans la plus jolie variante, toutes les figures noires servent au mat, ce qui semblait incroyable au diagramme.

Piotr Górski (prononcez gourski), le 3e mousquetaire polonais (comme les nôtres, ils sont 4 avec Miśta) s'est faufilé. Ce n'est pas un bleu : il était déjà à Rio il y a 10 ans, où il devançait Piorun (plus jeune de 2 ans). Il gagne grâce essentiellement à la 1ère étude, à l'aidé 5# et au 6#. Un championnat des plus serrés : 5,3 points séparent le 1er du 11e. Il eût suffi, par exemple, que Piorun trouvât une seule solution de l'aidé 3# pour qu'il obtînt un nouveau titre.

Seulement 2 femmes, la meilleure étant Laura Rogule (Lettonie) qui fut surtout très brillante dans l'open. Relève russe avec les 3 juniors aux premières places. Aucune relève française.
 


Quelques mots de l'open, justement :

J'aurais pu connaître la 1ère étude, me trouvant en pleine relecture de Thèmes/64 : mais je n'en suis pas encore à 1984 ! Pas très dure, mais on ne sait trop que prendre comme ligne principale : celle du prédécesseur Rinck 1926 est bonne, avec répétition de coups, agrémentée d'un piège. Bien sûr, le barême peut être discuté (as usual). L'autre étude est un classique de Libourkine que l'on reconnaît instantanément (la solution revient... moins instantanément). Visiblement, elles n'avaient pas été sélectionnées par "Monsieur Haïdème".

Un 2# avait été présenté dans deux "solving-show" auxquels j'avais assisté (2007 & 2016), on le trouve aussi ici (10e diagramme) :

http://lecoursdumaitre.e-monsite.com/pages/cours/cat-2016/17-mai-2016.html

Dans le premier 3#, le corrigé officiel (et donc le barême) ne mentionne pas l'essentielle variante 1...d2, menant au plus joli mat. Normal : le coup introductif est le même que la menace, et donc l'ordi (dont la plupart sont esclaves) ne le mentionne pas. Cela rappelle l'irritante manie de la belle "Chloé" (et des autres) de donner des "menaces" blanches même quand aucun coup noir ne les autorise !

L'auteur du second 3# est Cyril Dedrle, à ne pas confondre avec le grand spécialiste des finales František. Il m'a paru facile, bien qu'ayant eu quelques brillants scalps. Mais j'ai toujours adoré les problèmes bohémiens ! Exercez-vous et n'hésitez pas à me demander un tuyau (pour communiquer, c'est en haut de votre écran à droite).

Aidés faciles : les jumeaux en 5 coups se trouvent instantanément. Surprenant quand on apprend le nom du co-auteur récemment décédé (paix à son âme). Celui en 3 a le bon goût d'avoir une 2e solution qui ressemble à la 1ère.

Le 4# de Bayersdorfer a fait sécher Murdzia, Piorun et Pavlov. Notre ami Abdel en a trouvé un petit bout. On flaire les mats modèles avec sacrifice, mais le moment dudit sacrifice ne saute pas aux yeux... jusqu'à l'apparition, de façon éclatante, de la "variante encourageante". Et, avant de tenir la clé, on peut perdre du temps avec un coup fort, mais faux, et guère esthétique.

5#  : un thème romain agréable ; incroyablement, celui qui allait être champion du monde le surlendemain a séché.

Inverses : passons sur le tradi Gamni, qui paralyse l'assemblée sauf...Murdzia. Mais celui en 3 est comme je les aime. Vous voulez le résoudre ? Demandez-vous à quoi sert le pion b6. Et le pion a4.

J'espère que vous vous amuserez bien.

Zostańcie z Bogiem

Ajouter un commentaire