22 avril 2014

Le mot de Daniel


 
Rémy étant, hélas, toujours empêché, et sous la menace des absences probables de Marc et Grégory, j'avais relancé Antoni pour que le cours puisse se dérouler normalement.
Autrement dit, pour que quelqu'un participe activement aux recherches proposées par le Maître, activité qui atteint mes limites lorsqu'elle est seule et qui donc se situe au-delà de ces limites lorsque je dois noter des variantes.
Antoni vint, comme convenu (merci à lui) et, Ô surprise, Marc réussit à se libérer ! (avec toujours la contrainte de devoir se lever le lendemant, bien avant potron minette).
 
Correction des exercices.
Exo1.
Cours2014042201
Trait B. Position tirée d'une analyse d'une partie Degraeve Bologan jouée à Belfort.
 
Il est évident que si les B ne font rien, les N vont gagner par Rf5-g4-g3 menaçant Rg2, les B devront jouer Rf1 et seront mats après Rf3 et e2#.
Même si elles sont difficiles, les études (au sens large de "positions étudiées") où les plans sont clairs sont plus faciles à chercher car on ne risque pas de se fourvoyer pendant 10 coups sans même savoir si on a joué le bon premier coup.
C'est le cas pour cette position, comme d'ailleurs pour presque toutes les positions données en exercice à la maison.
Elle pourra donc servir de support à quiconque voudra apprendre à ses élèves à analyser.
 
Une fois qu'on a étudié quelques variantes courtes, on se convainc que Fb4-c5xe3 ou Fb4-d6xf4 ne donnent rien, ni d'ailleurs la poussée du Pa qui part de trop loin.
La conclusion logique est que si une défense existe, elle consiste à s'opposer à s'opposer à cette manoeuvre du RN. Et tout devient simple.
1:Rf1! Rg4 2:Rg2! empêchant Rf3 et Rg3 et les N ne peuvent progresser car lorsqu'ils poussent f3, cette case f3 n'est plus disponible pour le RN.
2:..f3+ 3:Rf1 Rg3 4:Fd6+ Rg4 5:a4 ou Fc5 suivi de Fxe3 et a4.
 
 
 

le mot du Maître


 
Cinq aidés pour Daniel afin de le distraire de ses incessantes réparations informatiques. Et pour lui permettre de tenir... un mois plein ! Le premier peut faire réfléchir, ainsi que la 5e solution du 3e. Le 2e est un duplex : les Blancs aussi se font mater selon le schéma B-N-B-N-B-N.
 
Je les fais suivre par deux 2# dont un classique. L'autre, tout intéressant qu'il soit, a un léger défaut, mais lequel ? Puis deux 3# de styles bien différents. Un 4# (avec jumeau) amusant sur l'asymétrie. Un multicoups et deux inverses. Deux solutions se sont mal effacées...
 
On peut être classé 2650 en jugeant perdante une position gagnante avec un Fou et un Roi, face à une phalange de pions.
 
Une Tour peut-elle rattraper deux pions ? Cela dépend de la façon dont on conduit le Roi qui l'accompagne. A noter le difficile essai ...Rg4?.           
 
Une composition de notre (unique ?) compositeur français d'études, réparant et améliorant une oeuvre démolie.  
 
Pour tous les goûts : une étude commençant par une lutte sauvage pour amener un zugzwang de finale.
     
La partie du jour est un festival de provocations du Roi blanc déchaîné. Avec un effet "anti-dual" aux 14-18e coups. Et une sévérité exagérée du commentateur (le joueur des Blancs) sur son propre choix en finale.
 
Un peu de repos : rendez-vous, si Dieu le veult, dans un peu plus d'un mois pour le dernier cours "normal" de la saison, le mardi 27 mai (le cours féerique étant prévu pour le 10 juin).     
                      
Bonne régalade.

 







Exo2.
Cours2014042202
Trait N. Position tirée d'une variante d'une partie Goloshchapov - Tregubov.
Parmi les 5 coups candidats a4, axb, Rf3, Rg4 et Tf3, un seul est gagnant. Lequel, et comment ?
 
Cet exercice est très difficile. La difficulté n'est pas de comprendre que la bonne suite gagne, mais de trouver pourquoi les autres suites ne gagnent pas car les coups candidats à chaque fois sont multiples eton se perd assez vite dans les analyses. En contrepartie, ces analyses sont très utiles à faire car elles permettent de "réviser" quelques positions classiques de gain ou de nulle.
Où la supériorité de Rémy est flagrante, c'est que dans une telle position, je n'ai pas réussi à suivre toutes les variantes et à noter celles qui étaient essentielles pour synthétiser l'analyse. Je renvoie donc au compte rendu électronique du Maître.
 
Pour aller à l'essentiel, voici le raisonnement qu'il faudrait mener si on avait cette position en partie et qu'on voulait avoir des chances de trouver la bonne voie, sans pour autant maîtriser les analyses (si on n'est pas capable de calculer très vite et très bien, il vaut mieux raisonner juste).
1) Il va évidemment falloir ramener le RN pour lutter contre les P. Par où, g4, f3 ou f4 après avoir joué Tf1 ou Tf3 ?
2) En plus de tout cela, faut-il jouer axb4 ou est-il préférable de laisser le pion a qui pourrait dans certains cas aller à promotion ou dans d'autres cas servir de soutien à la T sur la colonne b ?
 
Je n'ai pas réussi à résoudre cet exercice car je gagnais (à tort) avec les N aussi bien par Tf3+ que par Rf3. Et ceci parceque j'avais répondu à la question 2) en me disant que le Pa pourrait m'être utile dans la lutte contre b5 et c6.... ce qui était vrai mais qui oubliait qu'une défense essentielle des B consiste (souvent) à jouer b4xa5 au mépris de la belle organisation de leurs pions !!
 
Les raisonnements tenus plus par réflexe que par réflexion nous font conserver des pions liés pour lutter contre la vélocité d'une tour, MAIS ils devraient également nous dire que pour lutter contre Tour ET Roi, le mieux est de disposer d'un pion le plus éloigné possible du R adverse !
 
Ainsi, ne vont pas :
1:..a4? 2:b5 Tf3 3:Rb4 Rf4 4:c6 Re5 5:c7 Tb3+,6:Rxa4 Tc3 7:b6=
1:..Rf3?! 2:bxa5!! (qui m'avait échappé) Re4 3:Rc4 Re5+ 4:Rb5 Tf1 5:a6=
Lorsqu'on a compris cela, la question 2 est réglée, le premier coup se comprend mieux.
1:..axb4 2:axb4.
et il ne reste plus qu'à répondre à la question 1) en calculant quelques variantes simples.
 
2:..Rg4?! il faut ramener le R et l'idée de conserver la coupure horizontale est tentante, mais cela se heurte à la position malheureuse du RN sur la diagonale c8-h3 où il sera échec sur la promotion du Pion "c". 3:c6 Tf1 (3:..Rf5?? gagnerait facilement s'il n'y avait pas 4:c7! et la position du RN empêche tout autant Tf8 que Tf1)
 4:b5 Rf5 5:b6 Tc1+ 6:Rb4 Txc6 7:Rb5=
 
2:..Rf3!! 3:c6 Re4 4:c7 (ou 4:Rc4 Re5+ 5:Rc5 Tf1 et gain) Tf1 5:Rc4 Tc1 et gain
 
Les études du jour.
 
Joachim IGLESIAS
Cours2014042203
Gain B.
 
Pour changer, voici une étude inédite d'un excellent compositeur français (qui est aussi un excellent joueur).
Je ne peux m'empêcher de livrer cette réflexion qui m'est venue en rédigeant :
Il est des gens qui publient plus qu'ils ne composent (c'est du plagiat)
Des gens qui publient autant qu'ils composent et qui ont bien raison,
Des gens qui publient autant qu'ils composent et qui ont bien tort,
Des gens qui publient moins qu'ils ne composent et qui ont raison (ils sont exigeants)
et des gens comme Joachim qui publient bien moins qu'ils composent et qui ont bien tort.
 
D'après Wotawa ...
Comme j'aurai peut-être la chance de publier cette étude dans Phenix, je vais essayer d'en rendre la solution compréhensible par le plus de monde possible.
La clé ne peux pas se comprendre sans se demander d'abord pourquoi pas 1.Rb4?! Re7 2.Txa2 Rd6 3.Tc2 Tc7 4.Td2+! (une manoeuvre qui apparaît souvent dans la solution) Re6 5.Ra5 et gain.
Alors, comment les N se défendent-ils ? Il leur faudrait évidemment ramener leur R devant le Pb. Mais comment ? Poser la question est déjà y répondre. 1.Rb4? Re7 2.Txa2 Rd8!! 3.Ta8+ (3.Tc2 n'a plus la même efficacité Tc7 4.Td2+ Rc8) 3...Rc7 4.Ta7+ Rb6 ! et la TN est taboue;
D'où l'idée d'éviter le retour du RN en évitant le pat !
1.Rb3! Re6 Car maintenant, après 1...Re7 2.Txa2 Rd8 3.Ta8+ Rc7 4.Ta7+ il n'y a plus de pat, le Pb5 n'étant pas encore défendu !.
1...Tb7 2.Rb4 Re6 3.Txa2 Rd6 4.Tc2! Tc7 5.Td2+! déjà vu
2.Txa2 Tc7 Pour ramener le R par Rd7 et Rc8. Notons que sur 2...Rd6!? 3.Ta6+ (3.Tc2? ne va plus car le R n'est pas encore en b4, donc 3:..Tc7!) 3...Rc5 4.Ra4 Tf1 5.Tc6+ Rd5 6.Ra5!;
Ou 2...Tf4!? 3.Td2 Te4 4.b6 Tf4 5.b7 Tf8 6.Ra4 Tb8 7.Tb2 Rd6 8.Ra5 Rc7 9.Ra6 juste à temps.
3.Td2!! (3.Rb4? Rd7=) 3...Td7 4.Tc2 Td4 Menace .....Rd7=
Et maintenant un coup difficile à trouver.
Comment progresser sachant que ne vont pas ni 5.b6? Td6! ni 5.Ra3? Rd7! 6.b6 Td6.
5.Tc7!! Rd6 (si 5...Td6 6.Rb4 ou 5...Td7 6.Tc4 suivi de Rb4) 6.b6 Td1 7.Rb4 Td5 8:Tc8. 1–0
 
O. Pervakov et K. Sumbatyan.
Cours2014042204
Gain B.
Une étude trouvable... lorsqu'on la cherche pendant le cours et qu'on est guidé par le Maître qui nous garde des fausses pistes.
Je vais donc assayer d'apporter un peu d'aide de cette nature à l'éventuel lecteur intéressé, sachant que rien ne vaut pour cela les échanges verbaux qui ont l'immense avantage d'être interactifs. (conclusion : venez aux cours !).
 
Les menaces noires sont telles qu'il convient d'être actif et concret.
Q1) quels sont les 3 coups candidats ?
Q2) Quelles sont les réponses noires aux essais 1:Dh8 et 1:Da8 ?
 
R1) Da8, Dh8 et Dg7.
R2) 1:Dh8? Dg4!;  1:Da8? Dxf7!
1:Dg7! Tf4 (quel gain B sur 1..Dxf7?)
Q3) Pourquoi 2:Dg1+ suivi de Dh2 ne va-t-il pas ?. Donc quel est le coup?
 
R3) 2:Dg1? Ff1 3:Dh2 Tf3 4:Fb3 Txb3+!
2:Dg2
Q4) Que faire ? Quels sont les 2 coups candidats ? Quelle différence y a-t-il entre Fe2 et Fc2?
 
R4) 2:..Fc2 permet 3:Dxc2 Tf3+ 4:Fb3
2:..Fe2! Dxe2
Q5) Que valent 3:..Tf3 et 3:..Dh3 ? Et donc quel est le coup N ?
 
R5) 3:..Tf3+ 4:Dxf3. 3:..Dh3+ 4:Fb3
3:..Da4+! 4:Rxa4 d3+  Quel est le seul coup B ?
5:De4 (5:Rb3? dxe) Rxe4+ 6:Rb3 d2  7:Rc2
Q6) Quel est le coup qui permettrait aux N de s'en tirer après 7:Fh5? Rb1 8:Rc3
 
R6) 7:Fh5 Rb1 8:Rc3 Te5!! (8:..Rc1 9:CcR menace Cb3) 9:d7 Td5! 10:d8=D Txd8 11:Cxd8 Rc1=
7:..Tb4
Q7) Comment les B gagnent-ils après 7:..Td4 ?
 
R7) par la jolie manoeuvre 7:..Td4 8:Fh5 Ra2 9:Fd1! Ra3 10:Rc3 Td5 11:Rc4 +-
8:Ca5!
Q8) Comment les N font-ils nulle après 8:Cc5?
 
R8) 8:Cc5? d1=D 9:Rxd1 Td4+ 10:Rc1 Tc4+ 11:Rd2 Td4+ 12:Rc2 (prend la case du C !) Txd6 13:Cb3+ Ra2 14:Cd4+ Ra1= et on voit l'intérêt à ce que la case c2 soit occupée !
8:..d1=D 9:Rxd1 Td4+ 10:Rc1 Td3!
Q9) Quel serait le gain B après 10:..Txd6?
Dans la solution, comment les N font-ils nulle après 11:Fc4? ou 11:Rc2? ou 11:Fe6?
Quel est donc le coup B ?
 
R9) 10:..Txd6? 11:Cb3+.
Après 10:Td3 11:Fc4? Txd6 12:Cb3+ Ra2 13:Cd4+ Ra3 14:Cb5+ Rb4 15:Cxd6 Rc5= ou 11:Rc2? Txd6 et la case c2 est occupée, ou 11:Fe6? Txd6 = il n'y a plus d'échecs à la découverte.
Donc :
11:Fg8! Zugzwang Txd6 12:Cb3+ Ra2 13:Cd4+ Ra3 14:Cb5+ Rb4 15:Cxd6. 1-0.
 
Les devoirs pour la prochaine fois.
Exo 1.
Cours2014042205
Les B jouent et font nulle.
 
Exo 2.
Cours2014042206
Les B jouent et gagnent.
 
La partie du jour.
 
Beliavsky - Shirov
Etude sur l'efficacité comparée des différents types batteries.
 
1.e4 c5 2.Cf3 e6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 Cc6 6.Cdb5 d6 7.Ff4 e5 8.Fg5 a6 9.Ca3 b5 10.Fxf6 gxf6 11.Cd5 f5 12.Fd3 Fe6 13.Dh5 Tg8
Je ne connais rien à la théorie, mais il apparaît que ce coup n'est plus joué actuellement. On jouerait plutôt o-o ou c3.
J'ai cru comprendre que Tg8 avait été joué par Leko mais c'est probablement dans une partie qui ne s'est pas répercutée jusqu'à moi...
14.g3 o-o semble être l'autre grand coup. La théorie ne semble pas considérer o-o-o suivi de f4 faisant tout péter, mais la théorie a certainement ses raisons.
14...Cd4 15.c3 fxe4 16.Fxe4 Fg4 17.Dxh7 [17.Dh4?! serait à l'avantage noir après Cf3+ 18.Fxf3 Dxh4 19.gxh4 Fxf3 20.Cf6+ Rd8 21.Cxg8 Fxh1]
17...Tg7 18.Dh6! Alors que sur la même suite avec o-o au lieu de g3, Dh8 serait bon et Dh6 mauvais, ici c'est exactement le contraire.
18...Cf3+ 19.Re2! Beliavsky a dit que ce n'était pas une préparation maison. Gageons que actuellement les préparations là dessus feraient au moins 10 coups de plus.
J'ai noté qu'il y avait des grosses complications après 19.Rd1 Cg5+ 20.f3 Tg6 21.Dh4 Cxe4 22.fxg4 Cf2+
19...Cg5+
On comprendra aisément que les joueurs aient été en zeitnot. En effet, un joueur comme Shirov voit forcément un grand nombre de variantes de monstre qu'il doit juger, et Beliavsky doit également les voir pour éviter les catastrophes. Voici un exemple passionnant de ce que doivent voir les joueurs et qui échappe complètement au spectateur qui regarde ou rejoue la partie :
19...Th7? 20.Cf6+! Dxf6 21.Dxf6? 21...Cg5+ 22.Re3 Cxe4 23.Rxe4 Fe7! à la Shirov !
mais hélas réfuté par 21.Fc6+! Re7 22.Dxf6+ Rxf6 23.Fxa8+-
 
20.f3 Cxe4 Voici un exemple des variantes trouvées par l'assistance, peu nombreuse mais de qualité : 20...Tg6 21.Dh4 f5!? 22.fxg4? Th6! trouvé par Antoni sur quoi une défense à la Shirov fut trouvée par Marc : 23.Cc7+ Rd7 24.Ce6!! On ne s'ennuie pas au cours !
 
21.fxg4 Dc8! [21...Txg4 permettait 22.De3! à l'avantage B.] 22.De3 Dxg4+ 23.Df3 Dxf3+ 24.Rxf3 f5 25.Cc2 Rf7 26.Cce3 la position est satisfaisante pour les N, mais le temps commence à manquer.
26...Re6?! Shirov préfère sacrifier un P pour conserver des complications. Meilleur était 26:..Cf6
27.Cxf5! Relevant le défi en zeitnot ! Grand et mince, Beliavsky montre à Shirov qu'il n'a pas affaire à un nain gras...
27...Cg5+?! [Meilleur était 27...Cd2+ 28.Re2 Rxf5 29.Rxd2 Re6! 30.Ce3 d5! avec compensation] 28.Rg4! Quand on y a goûté...
28...Tf7 29.Thf1 Ce4 30.Tad1 Taa7 Tc8 avec idée Tc4 semblait plus intéressant
31.Cde3 Tad7 32.Rf3! Faute de batterie...
32...d5 33.g4 Fc5 34.h4 Cf6 35.Tde1 b4 [35...Fxe3 36.Txe3 Tc7] 36.Te2 crise de temps [36.cxb4! Fxb4 37.Tc1 Tc7 38.g5]
36...bxc3 37.bxc3 Fxe3 38.Txe3 Ce4 [38...Tb7] 39.Rg2 Tc7 [39...Tb7? 40.c4!] 40.Tb1 Tb7 41.Tb3 Cd2 42.Txb7 Txb7 43.Te2 Cb1 44.Tc2 Ca3 45.Tf2 Cb1 46.g5 Cxc3 47.g6 Td7? Ce4 était meilleur et permettait même de tenir
48.g7+- Rf7 49.h5 [49.Rh3 Ce4 50.Tg2] 49...Rg8 50.h6 Rh7 51.Ce3 1–0
 
Et pour terminer, la position féerique du repas.
aidé 2 coups Rois Kobul et Locustes neutres 2 solutions
 
Cours2014042207
** Aidé : Les B et les N coopèrent pour atteindre le but demandé. Ici, les N commencent et concourent à ce que le second coup B fasse mat.
** Rois Kobul : lorsqu'une pièce est prise, le roi de sa couleur prend la marche de cette pièce, et ceci jusqu'à ce qu'une autre pièce soit prise.
** Locuste : pièce (notée L) qui se déplace sur les lignes de la Dame, en sautant par-dessus une pièce de couleur adverse, sa case d’arrivée étant la case qui suit immédiatement le sautoir, à condition que cette case soit libre. A l'issue du mouvement, le sautoir disparaît. Une Locuste ne peut donc jouer qu’en prenant.
Pour résumer, la locuste a besoin d'un sautoir, elle mange le sautoir et retombe juste derrière. cette case d'aterrissage doit être libre.
** Pièce neutre. C'est une pièce pouvant être jouée par chaque camp, lorsqu’il est au trait. Une pièce neutre peut prendre et être prise. Un camp ne peut laisser, en jouant, son Roi en prise par une pièce neutre (au même titre qu'il n'a pas le droit de laisser son R en prise par une pièce adverse).
*** Mixage pièce neutre et R Kobul : si une pièce neutre est prise par un coup joué par les B, on considèrera que la pièce prise jouait à ce moment le rôle de pièce noire et donc le RN prendra la marche de cette pièce prise. De même si une pièce neutre est prise lors d'un coup joué par les N, la pièce prise sera considérée blanche et le RB adoptera sa marche. 
 
Voyons un peu notre problème :
Les N, au trait peuvent jouer :
Lb3xb4-b5 c'est à dire que la locuste b3 va en b5 en mangeant la locuste b4 qui lui sert de sautoir.
Lb4xb3-b2 c'est à dire que la locuste b4 va en b2 en mangeant la locuste b3 qui lui sert de sautoir.
Rc8, ou Rc7, mais pas Rb7. Rb7 serait illégal car le R se mettrait en prise par la locuste b4.
 
Maintenant que les choses sont plus claires, quel peut être le tableau de mat ?
** Il semble impossible de mater le RN si celui-ci de déplace comme un R.
Il faudra donc qu'il se déplace comme une locuste pour être maté. Chose rendue possible par la condition Rois Kobul.
** Mais alors, pour que le RN acquière cette marche, il faut qu'une locuste soit capturée par les B.
** On peut donc imaginer 2 coups de R noir pour aller se mettre sur la case où il se fera mater, un coup blanc (lequel ?) puis enfin un coup Locuste prend locuste joué par les B qui fait mat.
** Mais alors, comment la locuste neutre peut-elle attaquer le RN qui se déplace comme une locuste sans que ce dernier puisse prendre lui-même la locuste ?
 
La chose est impossible, bien que la majeure partie du raisonnement soit bonne. Il faut simplement être encore plus malin dans l'exploitation des règles.
 
 
 
 
white Ke5 black Kb8 neutral lb3b4
h#2(1+1+2)
b3, b4: Locustes neutres
{
partie droite de l'échiquier pour avancer et gauche pour reculer ou directement sur le coup

Voyons un peu notre problème :
Les N, au trait peuvent jouer :

} 1.Lb3*b4-b5 [e5=rL]+ {c'est à dire que la locuste b3 va en b5 en mangeant la locuste b4 qui lui sert de sautoir.
} 1.Lb4*b3-b2 [e5=rL]+ {c'est à dire que la locuste b4 va en b2 en mangeant la locuste b3 qui lui sert de sautoir.
} 1.Kb8-c8{, ou} 1.Kb8-c7{, mais pas } 1.Kb8-b7{. Rb7 serait illégal car le R se mettrait en prise par la locuste b4.
Maintenant que les choses sont plus claires, quel peut être le tableau de mat ?
** Il semble impossible de mater le RN si celui-ci de déplace comme un R.
Il faudra donc qu'il se déplace comme une locuste pour être maté. Chose rendue possible par la condition Rois Kobul.
** Mais alors, pour que le RN acquière cette marche, il faut qu'une locuste soit capturée par les B.
** On peut donc imaginer 2 coups de R noir pour aller se mettre sur la case où il se fera mater, un coup blanc (lequel ?) puis enfin un coup Locuste prend locuste joué par les B qui fait mat.
** Mais alors, comment la locuste neutre peut-elle attaquer le RN qui se déplace comme une locuste sans que ce dernier puisse prendre lui-même la locuste ?
La chose est impossible, bien que la majeure partie du raisonnement soit bonne. Il faut simplement être encore plus malin dans l'exploitation des règles.
Voyons la première solution : (je rappelle que c'est un aidé, ce sont donc les N qui commencent).

} 1.Kb8-c7 Ke5-f5 {(il faut rester sur la 5eme pour permettre le second coup B. C'est donc le seul coup permettant aux B de passer leur tour sans dégrader leurs possibilités).} 2.Lb3*b4-b5 [f5=rL]+ {(échec au RB) Comme ce coup est un coup Noir, la locuste capturée en b4 est un sautoir blanc, et donc le R blanc prend la marche de la locuste capturée.} rLf5*b5-a5 [c7=rL] # ! { Formidable !
Le RB se déplace comme une locuste. Il prend la locuste b5 qui est considérée comme un sautoir N, le RN hérite donc de la marche de la locuste. Il est échec par le roi locuste a5 sans pouvoir ni fuir (pas de sautoir libre) ni prendre a5 faute de disposer d'une case libre derrière ce sautoir potentiel.
Je laisse le lecteur découvrir par lui-même la seconde solution qui est le parfait écho de la première solution.
Tous les effets diagonaux deviennent orthogonaux et réciproquement !
La clé est :
} 1.Kb8-a7 !

 


(Notes personnelles annexes destinées au Maître, venant enrichir ce qui a été montré à table :
il me semble que le premier coup B dans la seconde solution n'ait d'autre but que de passer son tour  alors que dans la première solution il est nécessaire de jouer le coup B car si les B pouvaient passer leur tour, le second coup N serait illégal !
Par ailleurs, c'est un aidé dans lequel les coups blancs ne sont pas si constructifs que ça puisque ça me semble aussi être des aidés inverses  2 coups. J'irais même plus loin : dans la seconde solution, les N pourraient jouer 2 coups de série et les B seraient obligés de faire mat en 1. Et si j'ai raison, c'est un sacré défaut pour un aidé !)

potron-minette


Potron-minette, quand il s'agit de Marc, est savoureux...

L'analyse du 1er exercice est parfaite, mais il est utile de préciser que la différence entre le bon coup et les mauvais est d'un point entier, non d'un demi-point comme c'est usuel...

Dans l'exercice 2, il manque la variante la plus complexe où le GMI conduisant les Blancs fit fausse route : 1...Rg4? 2 c6! Tf1 3 bxa5! Rf5 4 c7!! =

Les 5 catégories de compositeurs d'études décelées par le maître-greffier par intérim sont un lumineux résumé de la grandeur et de la décadence de la composition artistique française.

Excellent exposé de l'étude Wotawa-Iglesias. La variante 2...Tf4 de mon compte rendu doit être un peu prolongée. Ainsi que la variante principale. Je la redonne pour rédaction éventuelle dans "phx".

Magistrale explication de Pervakov (dans la parenthèse de Q6, c'est 9 Cc5). Je n'ai pas vu d'erreur dans la psychédélique partie du jour.

Assez d'accord avec la critique de l'aidé féerique. Bizarre que les aidés-inverses (ou plutôt inverses-aidés) soient tellement au goût du jour qu'ils reviennent nous embêter là où ils n'ont rien à faire !

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×