Zagreb 2017

Le Maître, pendant son périple croate, en a profité pour participer à 2(!) tournois de résolution en un seul week-end :

 - le championnat croate le samedi 10 juin

- l'open d'Israël en mode "multi-location" (comme l'ISC) le 11 juin

En voici un compte-rendu rédigé de la main du Maître


Zagreb


Aujourd'hui, championnat de Croatie, demain, championnat... d'Israël (!!)

Quelqu'un m'aurait dit, encore il y a une semaine, que je participerais au championnat d'Israël (mille fois sic), j'aurais parlé de delirium tremens. Mais ces malins utilisent la formule du tournoi international de janvier, avec épreuve simultanée en divers points du globe. Le jour où les Francuzi auront un dynamisme comparable, j'aurai une chance de refaire le championnat de notre beau pays (qui ne "marche" pas, comme dirait Dugland mais court... au désastre). Je l'ai toutefois fait en chambre, ne séchant que sur une solution de l'aidé 3# de Crisan et, comme d'hab, sur l'inverse de Gamnitzer (je n'ai pas regardé les féeriques). Je m'étonne que des concurrents, même brillants, aient laissé des plumes dans les 3# et le très facile 6#.

Le championnat de Croatie, donc, dont la formule devait être calquée sur le championnat du monde (6 rondes de 3 diagrammes sur 2 jours, au total 6 heures) fut raccourci pour laisser la place à l'autre épreuve. Et donc, ce furent deux rondes de 6 diagrammes, 1h30 chacune. En bref, deux diagrammes de chaque sorte au lieu de trois.

Zagreb2017 2

Rien à dire sur les 2#, sauf que j'ai marjanisé le second avec... 3 secondes, un peu plus pour la vérification. Le premier 3# (composé par... un spécialiste du 2#) était assez ardu. J'ai surtout eu du mal à départager deux coups me paraissant équivalents. Certes je devinais quel était le bon (car plus élégant) mais j'ai tellement perdu de points dans ma vie pour avoir donné une fausse clé en ayant compris les 9/10 du problème... Bref, je ne pouvais pas le lâcher avant d'avoir réfuté l'essai ! Dans le second, de l'auteur de "Mostly 3-movers", j'ai joué la clé a tempo, puis bloqué, le temps que je m'aperçoive qu'il y avait un FBh2 au diagramme, qui certes facilite la tâche.

Multicoups : l'un évident, l'autre un peu piégeur avec quelques fausses pistes, mais finalement limpide avec une Hauptvariante et joli mat modèle. Etudes : je n'ai abordé la première qu'en grande difficulté de temps, de sorte que je me suis trompé au 3e coup. Je me suis vengé sur la seconde, facile quand on se souvient de Rinck et de Réti.

Aidés : tous deux faciles. Inverses : je passe beaucoup de temps sur le premier, ayant compris la moitié du problème mais réalisant un peu tard que j'avais interverti les coups. L'idée, sorte d'écho-caméléon avec double clouage, est charmante. Le second, remarquable, ne sera résolu complètement que par Marko Filipović, le Caillaud croate. Je crois avoir trouvé 2 variantes sur 3, sans voir de nouveau une fâcheuse interversion de coups.

 

En résumé, une excellente sélection de l'organisateur Dejan Glišić, dont devrait s'inspirer notamment un sélectionneur allemand... Mon résultat est logique (comme déjà vu, 3e derrière Marko et le Slovène Klemen Šivić) quoique j'aie vaguement l'impression d'avoir frôlé l'arrière-train du 2e (que j'avais du reste précédé en janvier).

Zagreb2017 1

Dans quelques heures, promenade au bord du Jourdain...


l'Open d'Israël


Championnat ouvert d'Israël en simultanée dans plusieurs villes du monde. La même formule que celui de Croatie, à un détail près : chaque séance dure deux heures au lieu d'une heure trente, ce qui laisse présager une plus grande difficulté. Le résultat sera pourtant le même, du moins en ce qui concerne la participation de Zagreb : je serai 2e derrière Marko, Klemen étant reparti du côté de Ljubljana.

Les 2# : seul le second (une oeuvre française) prête à confusion avec ses 6 essais dont deux bien tentants. On pouvait s'arracher les cheveux sur les 3#, mais j'ai un grand avantage : je n'ai plus grand-chose à arracher. Le premier a des défenses dissuasives et d'autres encourageantes, la question étant de commencer par les bonnes. Le second est un bohémien comme je les aime. Je les sens, flaire les mats modèles, absolument certain de les résoudre. Ouais, en attendant, je suis passé au suivant au bout de 15 minutes ! Mais je le finirai plus tard.

Les multicoups de deux sortes : un va-et-vient typique dont la seule difficulté est de ne pas se tromper dans l'ordre des coups aux 3e & 4e. Puis un jeu de batterie où l'on n'y voit goutte, jusqu'au moment où tout se débloque. La première étude m'a demandé trop de temps, cela se paiera dans l'inverse 6#. Pour la seconde, ce fut le contraire : après avoir éventé le piège du 2e coup, je me suis vite retrouvé au 4e coup avec un gain quasi assuré, tout en me doutant qu'il devait y avoir un supplément, mais il y a mieux à faire.

La surprise de cette journée fut la facilité des aidés, bien qu'aucun ne soit en 2 coups. Le premier se lit instantanément, les manoeuvres masquantes du second ne résistent pas longtemps. Enfin les inverses. Dans le premier (en 6#) je vois l'idée d'une variante et le mat mais pars sur une mauvaise clé (encore un problème d'interversion). Je saisis la jolie conception du second, mais oublie une variante par sous-estimation d'une défense noire.

En résumé, 25/30 le matin (l'inv 6#) et 27/30 l'après-midi (la fin de l'étude et la dernière variante de l'inv 3#), donc 52/60. Marko fait le matin une perf de champion du monde (100% en 70 minutes au lieu de 120) mais ne me précède que d'un point l'après-midi. Je rends ma copie un quart d'heure avant la fin : quand on sent qu'on ne trouvera plus rien de notable, inutile d'insister. Décision justifiée dès la lecture de la solution officielle.

Au fait, j'allais oublier : que croyez-vous que fit Marko pendant ses 50 minutes d'avance ? Dans une conversation de la veille, j'avais fait allusion à l'un des meilleurs mats inverses que j'aie vus dans ma vie, présenté au cours du 2 octobre 2007 (de Bohumil Štipa ; solution sur demande). Ce problème (inv 4#) réussit à offrir... 5 mats modèles distincts. Et il ne m'avait pas semblé particulièrement facile. Je lui ai donc donné la position le matin. Pendant que je continuais à souffrir sur le championnat, je le vis la placer sur le grand échiquier, qu'il n'avait pas utilisé pendant l'épreuve (les vedettes utilisent de préférence des échiquiers moins voyants). Je pensai : "s'il le résout pendant les 25 minutes qui restent, il est vraiment balèze". Que croyez-vous qu'il arriva ? Un peu plus tard, turbinant toujours sur l'inverse 6#, je levai la tête. Il n'était plus là, mais la clé avait été jouée sur le grand échiquier ! Une nouvelle pièce à verser au dossier de "l'inégalité de l'homme".


Marko précède d'un point le vainqueur local, l'ex-champion du monde O. Comay, lequel fait exactement mon score l'après-midi ! Il est 4e mondial, tandis que je suis 20e.

Commentaires (1)

Alain
  • 1. Alain | 22/06/2017
Si vous êtes pressés, je vous conseille de chercher au moins le superbe problème 8 du 2e tournoi, de Josef Čumpe 1914. Il était originellement présenté avec le Pb7 en d7, ce qui est un peu plus harmonieux, et en position-miroir. Tout cela parce qu'il a été "refait", comme on dit quand on est indulgent, par un certain Tolstoï (!) cinquante ans plus tard.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×