20 janvier 2004

Le mot du patron


Bienvenue au "paradis des travailleurs" que les saboteurs grévistes, une fois de plus ligués contre le cours de St-Lazare, ont réussi à instaurer dans notre pays.

Comme disait Audiard, nous sommes à l'heure des révisions déchirantes et de l'incroyable :

-- Anand se met à bien jouer les finales (voir 53 Ta7+!! contre Shirov)

-- Fressinet se met à bien jouer les finales (contre Lobron & Tiviakov)

-- Adams n'est ni... ni... ; il est gallois et a une fiancée irlandaise ; je m'inscris demain à son fan-club.

Petit festival estonien : luttant avec une qualité de moins, les Blancs utilisent une astuce pour avoir le zugzwang du bon côté. Puis, c'est une Tour contre une Dame, et même un peu plus tard contre Dame et Cavalier. Mais le surplus de matériel est comme paralysé. Enfin un abandon dans une finale nulle, phénomène courant, car beaucoup de joueurs, et non des moindres, continuent de sous-estimer l'extraordinaire richesse des Echecs en général, des finales en particulier. La défense consistait à placer un Cavalier d'une façon insolite.

Un autre bon exemple, dans le registre de l'incroyable : la partie du jour, dont le vainqueur se qualifia pour un match de championnat du monde. Las... Il attend encore son match, en raison des magouilles (habituelles depuis 1984) du "13e champion du monde". Qui ne l'est heureusement plus.

Excellente lecture.

PGN Reader

les diagrammes du Maître

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×