18 mars 2014

Le compte-rendu de Daniel

 


Bien qu'étant une fois encore confrontés à l'absence regrettée mais annoncée du Maître Greffier, nous réussîmes à réunir une troupe vaillante (affaiblie néanmoins par l'absence de Pierre pris par d'autres activités culturelles).

Antoni était en grande forme et Marc et Grégory furent également très efficaces, ce qui nous permit d'avancer dans une séance que je trouvai difficile. La séance commença par la correction des 3 exercices donnés lors du cours précédent et dont je n'avais trouvé que celui dont la solution faisait 2 coups !

Correction des devoirs.

Cours2014031801   les N jouent et font nulle, la position ayant été donnée à tort comme perdante.

J'ai trouvé 1:..Ce3 2:g6 Cg2! et nulle aussi bien après 3:g7 Cf4+ 4:Rf6 Ch5+ qu'après 3:Re5 Ch4! (et non pas Rxd7?) 4:g7 Rf7!. Notons en passant que le coup 1:..Cf2 conduisait également à la nulle après 2:g6 Cd3 3:Rf5 Cb4!!

 
 

le mot du Maître


Cinq aidés dont deux font un peu réfléchir. Quatre directs assez faciles, surtout si je laisse la solution du "long". Pour finir, un inverse du grand rival de Loyd. Pas facile, mais vous pouvez jeter... juste un coup d'oeil.  
 
Même dans C + P / C, un joueur à 2600 peut oublier une nulle en 2 coups. Voire deux. 
 
Une étude norvégienne qui semble un extrait de partie. Avec tout de même un mat modèle en conclusion.                
 
Un compositeur autrichien nous offre une partie de pancrace culminant avec un ZZ... de Cavaliers et de pièces lourdes ! 
 
Le feu sur l'échiquier... à la française. Et une lucidité exceptionnelle du joueur-commentateur.                  
 
Enfin, une fois n'est pas coutume, une étude ayant inspiré... un problème féerique en Echecs d'Einstein, ou de... Poincaré ?
 
Rendez-vous si Dieu le veult dans un mois, le mardi 15 avril.   
 
Bonne régalade.


 

Cours2014031802  Là aussi, les N jouent et font nulle, la position ayant été donnée à tort comme perdante.
J'avais cherché et avais conclu, moi aussi, que la position était perdante au vu des 3 essais suivants.
1:..Ce1? 2:g6 Cd3 3:Re4 Cc5 4:Rd5 Ce6 5:Re5 et gain, les N sont en zugzwang.
1:..Re8? 2:g6 Rf8 (quoi d'autre?) 3:Rf6 et gagne car sur la défense habituelle Cf4 le P avance en g7 sur échec.
D'où l'idée de perdre un temps pour les N afin de ne pas avoir le R en f8.
1:..Rd8!? 2:g6 Re8 3:Ch6! (menaçant g7) Ch4 4:g7 Cg6+ 5:Rf6 Ce7 6:Re6 Rd8 7:Cf5 Cg8 8:Rf7 et gain.
Evidemment, tout cela est juste, mais dans la variante la plus prometteuse, une défense m'avait échappé. Je laisse le lecteur éclaircir cette position.

 Cours20140318031 Les B jouent et gagnent.
J'avais également cherché et n'avais pas trouvé, mais là ce n'est pas étonnant car l'étude est vraiment difficile (étude d'un jeune compositeur qui a déjà battu un sien concitoyen nommé Carlsen !).
J'avais évidemment remarqué que sur 1:Rb7, les N ne pouvaient jouer ni 1:..Re4? ni 1:..Rg6? à cause de 2:f5! et 3:Fb1 qui gagne, mais 1:..Rxf4 est très suffisant pour assurer la nulle.

Dans la solution, on se doute que le Pc7 va coûter un F aux N, mais pour gagner avec deux F contre un, il faut impérativement que les B conservent leur Pf4, et donc qu'il ne soit pas pris au premier coup et qu'il ne soit pas échangé plus tard.
1:Rd7! Rf6 2:Rd8 maintenant que f4 n'a pas été pris, 2:..Fb6 serait perdant après 3:Fxe7+ suivi de Fd6 ou Fg5. 2:..Fc5 (2:..e5? 3:Fe7+ puis prise du P) 3:Fb1! pour répondre à e5 par f5. J'indique la solution jusqu'à cette position car ici une tentative de défense a été suggérée en jouant avec un F de moins sans avoir éliminé le P des blancs mais en essayant de "bétonner" la case f5 par 3:..Rf7 4:Fh6 Fb6 5:Fg5! e6?!. Ce genre de défense est rarement étudié car cette défense passive est perdante et immédiatement condamnée par les moteurs d'analyse.

Cours20140318032Pour autant, en partie, combien sauraient la gagner ? L'exemple est donc intéressant, par exemple comme support pour ceux qui font des cours. Le gain s'obtient en bloquant la case e5 puis en envahissant la case e7 avec le R par un échec en e8 ou h5 et enfin en prenant e6. 6:Rd7 Fxc7 7:Rxc7 Fg4 8:Rd6 Fh3 9:Fh4 Fg4 10:Fe1 Fh3 11:Fc3 Fg4 12:Fe5 Fh3 13:Fd3 Fg4 14:Fc4 Ff5 15:Fe2 Rg6 16:Re7 Fh3 17:Fc4.

Revenons à la solution. 3:..Fd6 4:Fh6! Fc7 (4:..e5 5:Fg5 Rf7 6:f5 +-) 5:Rc7 e5 6:Fg5 Re6 7:f5! Ff5 8:Fa2# Respect.

Voici maintenant les deux exercices pour la prochaine fois.

Cours2014031804 Trait aux N. Kasparov considère cette position comme gagnante pour les B.

Exercice 2 :.

Cours2014031805
B(4) Rg7 Ph6,f4,e2.  N(5) Rd5 Fh1 Ph7,e7,e4. Les B font nulle.

.L'étude du jour.

Cours2014031806 Peter Krug. 2013.
Une étude relativement difficile (bien qu'elle ait été posée en concours
de solution en salle) mais qui est très intéressante, surtout lorsqu'on a passé les avant plans.
La menace Dh8 et le Ce5 en prise incitent à trouver la clé, surtout quand
on réfute la tentative évidente 1:Tf7+? Rxe5 2:Cf3+ Rd6! 3:Cxh4 c2 =
1:Cf7 ! non seulement pare les menaces mais met le RN dans une cage où il
n'y a plus qu'à le mettre en échec pour le mater.
1:..Fe7+ 2:Txe7 Dxg4 manace Dc8+ et Dxd4.
Jusqu'ici, l'étude est assez accessible, mais ici ça se complique car plusieurs coups candidats se présentent et aucun ne semble s'imposer de façon claire. Tc7 menaçant Tc6 vient à l'esprit mais se heurte à Dxd4.
3:Fh3! Dxh3 4:Tc7 et à partir d'ici, le lecteur est vraiment incité à chercher cette étude, désormais trouvable bien que réservant des surprises difficiles à imaginer dans cette position.
4:..Dh1 (ou g2) 5:Ta7! (il faut menacer mais aussi empêcher Da8) Df1 et maintenant ? Sur un coup de T sur la 7eme, Da6! est fort.
Il faut trouver une nouvelle idée et on n'a évidemment pas envie de jouer un C pour donner des cases au RN.
6:Ta2!! Ce coup vient facilement à l'esprit car on se dit que la D doit toujours contrôler a6 mais aussi f2, la colonne f étant un nouvel accès au RN.
On se dit donc que les N sont en zugzwang, mais la Df1 pare le mat et on ne voit pas en quoi les N seraient en zugzwang puisqu'ils disposent du Pg.
6:..g5 Ce coup est-il pénalisant pour les N ? Poser la question est déjà y répondre.
Je laisse le lecteur terminer.

La partie du jour.

Le Maître nous propose aujourd'hui une partie du grand Shirov contre Atalik qui a eu le malheur de menacer de prendre l'avantage, ce qui eut pour effet de réveiller la bête.

1.e4 e6 2.d4 d5 3.Cc3 Fb4 La variante Vinawer qui porte le nom de son inventeur Polonais. Comment cela se prononce-t-il ? "vin a wer" ? Je gage que s'il avait été français, il se serait plutôt nommé "wer a vin".
4.e5 Ce7 5.a3 Fxc3+ 6.bxc3 b6 7.Dg4 Cg6 8.h4 empêche Dh4 8...h5 9.Dg3 Fa6 10.Ce2 Th7 [10...Cc6 11.Cf4]
11.Fg5 Dd7 12.Df3 Da4?! Semble bien, mais ne se rend pas compte de la possibilité ainsi laissée. [Meilleur était 12...c5! 13.Cg3 Fxf1 14.Rxf1 Db5+! 15.Rg1 Cc6 16.Dd1 Dc4 17.Ce2 et les B doivent se battre pour égaliser]
13.Cg3 Fxf1 14.Rxf1 c5! Car il faut réagir très vite au centre face à la menace Cxh5. 15.Cf5!! [15.Cxh5? Cc6!] 15...Dc4+? Il est amusant de constater que sur la prise 15:..exf5, le coup Dxf5 serait mauvais et il faut absolument jouer Dxd5. Ce n'est que parce que la D noire est en c4 et qu'elle ne peut plus revenir en d7 que la prise en f5 devient bonne.
[15...exf5?! 16.Dxd5 Cc6 17.e6 Rf8 18.exf7; 15...Dd7! 16.Cd6+ Rf8 17.c4 Cc6 18.cxd5 Cxd4 19.dxe6 Cxf3 20.exd7 Cxg5 21.hxg5 Cxe5 et ce n'est pas clair. Commentaire extraordinaire de Shirov : "
en jouant Cf5, j'avais cette position en tête, mais je suis un poireau car je la croyais avantageuse et il n'en est rien". Je conseille au lecteur de regarder cette position et celle du 15e coup (Cf5!) ça laisse rêveur !!]
16.Rg1 exf5 17.Dxf5 Cd7 seul coup 18.e6 (18.Th3 Cdf8 19.Tf3!! Ch8 20.e6 f6 21.Te1 cxd4! 22.e7 Cfg6 était aussi avantageux pour les B, mais pas simple à jouer en pratique) 18...Cf6 19.Te1 Dxc3 20.exf7+ Rxf7 21.De6+ Rf8 22.Th3 Dxd4 23.Tf3 Cxh4 24.Tf4 Dc3 25.Fxh4 Th6 26.Te5 Dd2 27.Fxf6 1–0


La phase féerique d'après cours.



Vint le moment de passer à table. Antony dut nous quitter pour respecter les contraintes des transports en commun mais Marc et Grégory nous accompagnèrent à table et purent découvrir certaines règles féeriques et y briller.

 

M Thornton. Pat aidé 4 coups en échecs d'Einstein.

white Pd3f2g3 Kf4 Se8 black Ph5c7 Kd4 Rh3
h=4 Einstein(5+4)
{
partie droite de l'échiquier pour avancer et gauche pour reculer ou directement sur le coup

Les N commencent. Tout le monde coopère pour que les N soient pats après le 4eme coup B.
Einstein : quand une pièce joue sans prendre, elle subit une mutation descendante dans le cycle P <-> C <-> F <-> T<-> D alors que si elle effectue une prise, elle subit une mutation ascendante.
Cas extrêmes : un P qui joue sans prendre reste P et une D qui prend reste D.
Concrètement, si un F effectue une prise, il devient T alors que si il joue sans prise, il devient C.
La position finale est très plaisante et difficile à imaginer dans la position initiale.

} 1.h5-h4 Se8*c7=B 2.h4*g3=S Bc7-e5=S 3.Sg3-e4=P d3*e4=S 4.Rh3-e3=B + f2*e3=S {pat !
voir la position finale du dernier diagramme des "diagrammes du Maître"
}

 

B. Stephenson. Mat direct en 2 coups. Anti rois.

white RLf2 Kb7 MAe1 black Pf3 Kf4 Ba8
#2 Anti-Rois(3+3)
e1: Mao
f2: Tour-Lion
{

Tour-Lion : pièce qui se déplace comme une T mais qui a besoin d'un sautoir, que le mouvement soit avec ou sans prise. La pièce n'est pas obligée de retomber juste derrière le sautoir.
(Donc le RN est en échec et le reste même si il joue en f5).
Mao : Cavalier qui n'est pas un sauteur et qui se déplace en faisant un pas de T puis un pas de F. Ainsi, le Mao e1 peut aller en g2 (il passe par f1), mais il ne peut pas revenir de g2 en e1 car la case f2 est occupée.
Anti roi : Les R doivent toujours être en échec. Un R ne peut donc pas se soustraire à un échec car le coup serait illégal. Un R est mat si l'adversaire peut faire en sorte que le R adverse ne puisse se mettre en échec.


} 1.MAe1*f3 ! {Les N disposent de 3 coups légaux.
} 1...Kf4-e5 2.MAf3-h2 # {(on vérifiera que c'est bien le seul coup matant).
} 1...Kf4-g5 2.MAf3-d2 #{
} 1...Kf4-f5 2.RLf2-f4 #{(la TL n'a plus de sautoir entre f4 et f8 et elle empêche le M de contrôler e5 et g5).
}

 

Raffi Ruppin. Mat direct en 2 coups

white Pb2b4b6e2f7 Sc1f3 Bd1c5 Ka5 Re5 black Pd4 Se3 Bf6e4 Kc4
#2(11+5)
a) Anti-Circé
b) Madrasi
{

} a) {AntiCirce
En anticircé, la pièce prenante renaît sur sa case d'origine. Si la renaissance est impossible, la prise est illégale.
* Pourquoi n'y a-t-il pas
} 1.Bd1-b3 {# ? Parce que les N répondent } Se3-f1 {parant l'échec, la prise en c4 étant devenue illégale, la case de renaissance du F étant occupée.
* Pourquoi n'y a-t-il pas
} 1.Sf3-d2 {# ? Parce que les N parent l'échec par } Be4-b1 { occupant la case de renaissance du C faisant une prise sur case B.
** Pour mater, il est important de conserver le contrôle de d5, et donc de défendre la T. D'où la solution désormais facile à comprendre avec les explications qui précèdent :

} 1.Bc5-f8 ! { empêchant Fxe5 et menaçant de surcroît } 2.Re5-c5 #{
} 1...Se3-d5 2.Bd1-b3 #{
} 1...Be4-d5 2.Sf3-d2 #{

} b) {Madrasi
En Madrasi, les pièces de même nature se paralysent mutuellement. * Pourquoi n'y a-t-il pas
} 1.Bd1-b3 {# ? Parce que les N répondent} Be4-c2 { parant l'échec, le Fb3 étant paralysé.
* Pourquoi n'y a-t-il pas
} 1.Sf3-d2 {# ? Parce que les N répondent } Se3-f1 {parant l'échec, le Cd2 étant paralysé
** Pour mater, il est important de conserver le contrôle de d5, et donc de défendre la T.
D'où la solution désormais facile à comprendre avec les explications qui précèdent :

} 1.Bc5-e7 ! {empêchant Fxe5 et menaçant de surcroît } 2.Re5-c5 # {
} 1...Se3-d5 2.Sf3-d2 # {
} 1...Be4-d5 2.Bd1-b3 #

 

Guy Sobrecases & Pierre Tritten. Aidé 2 coups AntiCircé Cheylan

white Pb7b6d7 Ke3 Bc4 Sd4 Rh5 black Pd6d2 Kd5 Bf1 Rh1
h#2 AntiCircé Cheylan(7+5)
2 solutions
{

Anticircé : nous connaissons désormais. Nous pouvons donc approfondir quelques finesses. Nous avons dit qu'en anticircé, la prise n'était légale que si la case de renaissance était libre.
Mais que se passe-t-il dans le cas limite où la pièce prend sur sa case de renaissance ?
Réponse : la prise est légale si rien n'est précisé, mais elle est illégale dans l'anticircé de type Cheylan.

Le problème est un aidé 2 coups donc tout le monde coopére pour que les B matent au second coup, et les N commencent.
** Pourquoi y a-t-il un Pd7 ? Pour empêcher le RN d'effectuer une prise car il renaîtrait en e8 et se mettrait en échec.
Notons que la Th5 ne fait pas échec, mais que la Th5 contrôle les cases c5 et e5 car si Txd5 est interdit, Txe5 ou Txc5 seraient des coups légaux (renaissance de la T en a1 !).
** Pourquoi pas anticircé classique ? Parce que deux manoeuvres seraient évidentes :
1)
} 1.Bc4*f1 { suivi de } 2.Bf1-c4 # {
2)} 1.Rh5*h1 { suivi de } 2.Rh1-h5 # {
Ceci, bien sûr à condition que les N arrivent à jouer des coups, ce qui pourrait être impossible quand on connaît G Sobrecases dont c'est la spécialité.
Voici un exemple de solution :
} 1.d2-d1=Q Bc4*f1 2.Qd1-g4 {(seule case !!)} Bf1-c4 # {
Et je pense qu'il y aurait bien d'autres solutions.

Mais tout cela est interdit car nous sommes en type Cheylan.
Donc pour aider le lecteur à trouver ce très charmant problème, je dirais que c'est bien comme cela que le mat se fera, mais qu'il faut faire preuve d'imagination et donc de moyens pas évidents pour réaliser ces mats évidents !
Pour ceux qui, malgré tout, voudraient les solutions en se privant de l'extrême plaisir de les trouver, les voici.

} 1.Bf1*c4[bBc4->c8] {(le FN renaît en c8)
} b7*c8=B[wBc8->f1] {(renaît en f1 !)
Les N jouent un coup pour passer leur tour (je vous laisse trouver l'unique façon)

} 2...Bf1-c4 # {

} 1.Rh1*h5[bRh5->a8]{
} b7*a8=R[wRa8->h1]{
Les N jouent un coup pour passer leur tour (je vous laisse trouver l'unique façon)
} 2...Rh1-h5 #

 

 

 

Ces problèmes furent grandement appréciés par l'assistance qui, pour novice qu'elle fut, se montra efficace (avec bien sûr l'assistance du Maitre).

Prochain cours le 15 avril.


Quelques poils de moustache


Je ne suis pas absolument certain que Tallaksen ait "battu" Carlsen, mais il a fait un championnat de Norvège avec lui et n'a pas du tout été ridicule.

Comme signalé par Grégo, c'est Krakra qui, pour une fois, se trompe. Tandis que Kaspy se trompe sans arrêt, ce n'est même plus drôle.

Et Grégo, encore, remet le double vé à Winawer. Ce qui ne change pas le werre à win.

Le "je suis un poireau" respecte bien le sens voulu par Shi-shi, mais le texte est une interprétation du maître-bidon.

Le dernier problème contient un approfondissement dont le même maître-bidon ne s'était pas avisé. Bravo au maître-greffier par interim, efficacement secondé, si j'ai bien compris, par le maître-greffier en chef toujours diligent.

Bonne régalade.
AV

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×