15 mars 2011

portes closes un bon moment pour cette session, mais Daniel a fini par arriver. 

Le retour de l'ami Guy fut unanimement salué, on attend avec impatience le retour d'autres habitués !
Le cours ayant commencé un peu en retard, les analyses de la partie n'ont été aussi approfondies que de coutume.

Pour l’échauffement, une position simple avec une belle manœuvre.
1 – les blancs jouent et gagnent
Cour2011031501
8/3f2Fd/8/7p/6r1/8/6R1/D7
Blancs : Rg2 Da1 Fg7
Noirs : Rg4 Dh7 Fd7 Ph5
‡                              (3+4)
 
Pour vous aider un peu, la case f5 est minée pour le Roi noir.


 

Parmi les trois aidés pour Daniel, celui en 4 coups a une solution plus difficile que l'autre. Suit un inverse 3-coups gratifié d'un 2e prix, mais nettement supérieur au premier prix. Vous connaissez ce refrain ? Moi aussi. Il montre un cycle AB-BC-CD-DE-EA, avec cinq mats distincts. Et deux mats directs en 5, dont l'un m'a paru difficile, l'autre spectaculaire mais pas vraiment surprenant (le RN jouera un peu, mais tout est si naturel...).

Echauffement troitzkien : simple et direct. Une étude jadis considérée comme anti-ordi, à présent débroussaillée sans peine par "Houdin". A ce propos, je rappelle que Houdini, de son vrai nom Ehrich Weiss, était un amuseur de foire installé aux Etats-Unis, ayant choisi son pseudonyme en hommage au magicien français Jean Eugène Robert-Houdin. Pour ma part, j'ai toujours préféré les originaux aux imitations.

Le duel Tour contre Fou est infiniment plus simple que Tour et Fou contre Tour, puisque avec deux études quasi jumelles, on peut apprendre la plus grande partie de ce qu'il y a à connaître. Il recèle néanmoins de savoureuses subtilités. Voici une sorte d'écho diagonal. Note pour le bon usage du compte rendu électronique : l'étude de Vančura est incluse dans celle de Sackmann (voir 1--). Les deux études ont une position de départ et une clef bien distinctes, mais dès le 2e coup, ne diffèrent plus que par la position de la Tour, qui se retrouve selon le cas en d3 ou en d4.

La partie du jour est une illustration assez simple du principe éternel consistant à jouer sur les deux ailes, plutôt que de s'acharner sur une aile solidement défendue, où notre initiative risque de s'enliser. Elle apporte aussi un nouvel élément sur la manière d'utiliser, ou de renoncer à utiliser, l'ordinateur à certains moments-clés d'une analyse.

Rendez-vous si Dieu le veult dans deux semaines, le 29 mars.
Bonne régalade.

 


On poursuit avec un beau problème spécial "joueurs d’échecs normaux"
2 – les blancs jouent et gagnent
Cour2011031502
1D6/8/8/2pR3p/8/5C1d/1P4pp/5Tfr
Blancs : Rd5 Db8 Tf1 Cf3 Pb2
Noirs : Rh1 Dh3 Fg1 Pç5h5g2h2
+                              (5+7)

Pas de fioriture pour la clé de cette position avec un zug de longue haleine par la suite pour le 2ème coup blanc.
 
Maintenant, un classique mais qui est toujours un émerveillement
3 – les blancs jouent et gagnent
Cour2011031503
2T5/7r/8/5R2/8/8/7f/8
Blancs : Rf5 Tç8
Noirs : Rh7 Fh2
+                              (2+2)

Avec un tel matériel, il s'agit d'être vraiment très précis.
 
Et pour terminer, voici la composition jumelle
4 – les blancs jouent et gagnent
Cour2011031504
8/8/7r/8/2T3R1/8/7f/8
Blancs : Rg4 Tç4
Noirs : Rh6 Fh2
+                              (2+2)
 
 
 
5 – la partie du jour
1. d4 f5 2. c4 Cf6 3. g3 e6 4. Fg2 d5 5. Cf3 c6
le célèbre stonewall
6. 0-0 Fd6
pour contrer l’idée b3 – Fa3 par De7
7. Ff4 0-0
7. … Fxf4 8. gf 0-0 9. e3 Cbd7 10. Ce5 Cxe5 11 de avec l’idée de poster le C en d4
8. Fxd6 Dxd6 9. Dc2 b6 10. Ca3
le coup anti-ordinateur
Cour20110315051
10. … Ca6
10. … Fb7 11 cd cd 12. Cb5 Dd7 13 Dc7 Dxb5 14. Dxb7 Dd7 ! et 15. Dxa8 Cc6 16 Dxf8+ se regarde
11. Tac1 Fb7 12. cd cd 13. Cb5 De7 14. 14. Da4 Ce8 15 Tc3 Cec7 16. Cxc7
16. Tfc1 De8 17. Txc7 Fc6 18. Da6 Fxb5 19.Db7 Dg6 20.  Ce5 Df6 21. Fxd5 Tfb8=
16. … Cxc7 17. h3 Tfc8 18. g4 g6 19. gf gf 20. Ce5 Ce8?
20. Rh8 !
21. Tg3+ Rh8 22. Rh2 Cf6 23. Tg1  Tc7  24. Ff3 Fc6
24. … Dd6 25. Dd1 (menace Dd2 à h6) Tg8 26. Dc1Txg3 27. Txg3 Dxe5 28. de Txc1 29. ef Tc7 30. Fh5 Fc6 (sinon les blancs jouent Fe8) 31. Tc3 Tc8 32. ff7 et c’est plié
25. Db3 Tg8 26. Fh5
25. Txg8
26. … Df8 27. TxT  CxT 28. Dg3
Cour20110315052
 
En se dirigeant, vers une restauration bien méritée, nous avons croisé une nuée de péripatéticiennes, de sortie d'un séminaire sans doute, l'un (!) d'entre elles ayant même fait quelques propositions alléchantes au greffier après avoir vérifié, bien entendu, que le matériel était bien en place.

L'ami Guy n'étant pas venu depuis longtemps, il a eu l'occasion de nous présenter en avant-première, quelques premières mondiales.
On a pu noter, en plus de la beauté des lignes principales, les richesses cachées des positions
Du grand Guy.

le Maître a eu néanmoins l'occasion de glisser un petit problème digestif qui vous réjouira les papilles.
6 – aidé 2 coups
Cour2011031506
5R2/6P1/8/8/8/8/3pP1p1/4r3
Blancs : Rf8 Pg7é2
Noirs : Ré1 Pd2g2
h‡2                           (3+3)
a)    Circé : une pièce prise renaît sur sa case originelle si celle-ci est libre, sinon elle disparait
b)     Anti-circé : c'est la pièce prenante qui renaît sur sa case originelle. Si celle-ci est occupée, la prise est illégale

Pour vous aider un peu en paraphrasant quelqu'un de connu : les pions sont l'âme des échecs !

Ce compte-rendu version textuelle est terminé, la version électronique du Maître est jointe et je vous en souhaite donc bonne lecture.
Rendez-vous dans 2 semaines.

Amicalement vôtre.
Le greffier 

Les rectificatifs du Mestre

Dans la dernière étude, la Tour blanche est en e4, non en c4. J'ai cru un instant que le maître-greffier avait amélioré l'étude, la TB étant moins passive, mais non : il y aurait un dual majeur 2 Re6. Ceci explique cela. Mais cette erreur est très féconde, puisqu'elle m'a permis de découvrir l'essai 2 Re6? Fc7!!.

J'en profite d'autre part pour souligner que le signe "seul coup" à 5 Th4! était une erreur du conférencier. L'assistance montra qu'elle avait parfaitement suivi, et n'était nullement là pour attendre l'heure du dîner. Elle joua 5 Tc3!, démontrant un autre gain avec une parfaite maîtrise.

Partie du jour : dans la variante 16 Tfc1 De8 17 Txc7, il faut intercaler 17...Cxc7 18 Txc7 et seulement maintenant 18...Fc6 etc.

Par ailleurs il n'est pas inutile de mettre en relief le second coup "anti-ordinateur" 17 h3!!.

Numérotation : le coup manqué est 26 Txg8+. Et plus résistant était 26...Tf8. Après 28 Dg3, le maître-greffier abandonne avec raison, mais le joueur des Noirs, moins confiant, a demandé (et obtenu) la preuve : 28...Fb5 29 Dh4! Cf6 30 Ff7! abandon.

Nous comprenons aisément que ladite "vérification du matériel" (le greffier ne nous dit pas jusqu'à quel point) ait pu avoir une légère incidence sur la sérénité du compte rendu.

Amusez-vous bien.

Commentaires (1)

Alain
  • 1. Alain | 01/02/2017
Troïtzky for ever : cinq ans après, alors que les études imbuvables fleurissent dans tous les concours de solutions de la planète, un sélectionneur plus avisé a repris notre première étude pour celui qu'il a organisé à Belgrade.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×