7 avril 2009

après le réjouissant compte-rendu du cours précédent rédigé par l'ami Daniel; me voici de retour aux claviers pour traduire tant bien que mal la partition du Maître dont vous trouverez la version électronique comme d'hab en fin de ce compte-rendu.
Pour ce cours, le 1er d'avril, mais sans poisson,  un petit historique pour souligner la légèreté d'une revue d'expression française à vocation européenne.
A signaler, mis à part la présence du noyau dur (sans Pierre excusé) la visite d'un nouvel amateur du cours : Alain Fayard, qui voulait tâter la température du cours et s'échauffer le neurone sur quelques variantes, ce qu'il fit avec talent et humilité.

Pour commencer une petite amusette.

1 - les blancs jouent et gagnent
Cours2009040701
B.:        Rf6, Cc1, pc2 et g6
N.:        Rf8, pa3, b4 et c4

Un lecteur de la sus-nommée revue, a contredit l'expert qui indiquait que la position était nulle trait aux blancs.
Crime de lèse-chroniqueur !
Mais il avait raison, à vous de le montrer

2 - qu'est-ce qui est mieux pour les blancs, le trait ou pas le trait ?
Cours2009040702
B.:        Rg5 Cb4, ph6
N.:        Rf7, pa3

 

Seulement deux aidés pour Daniel. Le premier est facile, mais dans l'autre, à 4 solutions, il est assez difficile de les trouver toutes.

Un magnifique 2-coups indonésien, un record en trois coups, facile avec un petit indice : quelle est la case la mieux défendue par les Noirs ? Deux 4-coups d'un champion du monde, avec des allers-retours. Un 5-coups "drumarien" assez facile. Un inverse 5# de Shinkman plutôt ardu et une superbe PJ japonaise.

Un gag extrait de la "belle revue française" à prétention européenne, suivi d'un rappel de Grigoriev. A propos de ladite revue, on considère généralement son actuel rédacteur en chef comme le plus calamiteux journaliste échiquéen de l'histoire. Malgré une rude concurrence, c'est probablement vrai. Mais la période 1978-79 valait aussi son pesant de cacahuètes. Considérez la partie attribuée au pape Jean-Paul Ier, alors tout juste décédé, par l'ingénieux faussaire normand Morisset, qu'il aurait jouée en 1961 contre son prétendu "beau-père gynécologue" (sic !). On y voit 16 coups de "grande théorie" dans la variante de Meran, qui pourraient être joués par Kramnik et Anand, puis subitement, un coup inepte (mais permettant un sacrifice rendant la partie "publiable") et un peu plus tard cinq coups aberrants d'affilée ! La prise du Cavalier f7 s'effectue "après les vêpres" (resic !). Le Normand devait bien rire en écrivant cela. Mais la rédaction d'EE n'y voit que du feu.

Peu après, avril 1979, le "maniaque papal" (qui d'autre prendrait le pseudo de "Michal Rodzaj" de Lisbonne, "rodzaj" signifiant "genre" en polonais ?) ressort deux problèmes prétendument composés par... Jean-Paul II. La rédaction d'EE, s'abritant sous la signature de ce pauvre Alphonse Grunenwald, problémiste talentueux mais naïf, ne bronche pas. Elle laisse même répéter, sans sourciller, que le nouveau pape serait le neveu du problémiste Marian Wrobel !

Bah ! Un mois plus tard, elle se refusera à toute information sur le championnat de Paris, pourtant deuxième événement français en importance, parce que le vainqueur... ne lui agréera point !

Du Bazlov meilleur cru, loin des controverses stériles sur la "meilleure étude - sic - de l'année".

Une composition de notre surdoué lorrain, plus ambitieuse que celle présentée le 17 mars.

La partie du jour est la plus passionnante d'un match devenu sulfureux par quelques menées douteuses d'un intermédiaire. On se demande, de son milieu de partie ou de sa finale, ce qui est le plus passionnant.

Bonne lecture et à mardi prochain.

AV

On sent bien qu'il y a quelque chose, mais où ?
A vous de compter.

un petit a parte papal est relaté par le Maître dans le texte ci-dessous qui accompagne sa version électronique. Un régal d'usurpation dans lequel la revue sus-mentionnée n'y a vu que du feu (le pape).

A près cette digression, voici une magnifique étude de Bazlov

3 - les blancs jouent et font nulle
Cours2009040703
B.:        Re2, Cd3 et h4, pg6
N.:        Rh5, Th1, Fa8, Ch2

C'est du lourd.

et pour finir les études, une très belle composition d'un français.

4 - les blancs jouent et font pour le mieux
Cours2009040704
B.:        Re7, Th6, Fe8, Ch5
N.:        Rg8, Cg5, pf3, f5, g2 et g7

Beaucoup de charme et une belle chaude piste (mais malheureusement fausse).

Et maintenant, le gros morceau.

5 - la partie du jour

1. d4 d5 2. c4 c6 3. Cc3 Cf6 4. Cf3 dc 5. a4 Ff5 6. e3 e6 7. Fxc4 Fb4 8. 0-0 Cbd7 9. De2 Fg6 (on peut envisager Ce4 ou Fg4) 10. e4 0-0 11. Fd3 Fh5 12. e5 Cd5 13. Cxd5 cd 14. De3 Fg6 15. Cg5 Te8 (il faut jouer Cf8 assez vite et après on est peinard) 16. f4 (il y a du f5 dans l'air, ça commence à chauffer un peu, il faut prendre quelques mesures préventives) Fxd3 17. Dxd3 f5 18. Fe3 (18. exf6 Cxf6 et sur   18.g4 les noirs peuvent répondre h6 19.Cxe6 Txe6 20. gf Te7 21. Rh1 Rh8 22. Tg1 Df8 et ce n'est pas clair sur 23. Db3 (Fayard)  Td7 24. e6 Td8,il reste du boulot) Cf8 19. Rh1 Tc8 (Fe7) 20. g4 (plein d'énergie) Dd7 (on peut jouer fxg4 mais après f5 ça devient chaud sinon avec h6, on a de nouveau Cxe6 avec des choses pas claires) 21. Tg1 Fe7 22. Cf3 Tc4 23. Tg2 (largue le pion a4) fg 24 Txg4 Txa4 25. Tag1 g6 26 h4 Tb4 27. h5 Db5 28. Dc2 !! Txb2 29. hg h5 (seul coup Cxg5 30. Dxg6) 30. g7 hg 31. gxf8=D+ Fxf8 ? (Rxf8 nulle) 32. Dg6+ ? (32. Txg4+ ! Fg7 33. Dc7 et les noirs peuvent plier les gaules Df1+ 34. Cf1) Fg7 33. f5 Te7 34. f6 De2 35. Dxg4 Tf7 36. Tc1 (36. Fh6 a l'air bon mais après Tb3 ça le devient moins. Le bon coup était 36 Dh5 qui empêche Dxe3 à cause de Cg5) Tc2 37. Txc2 Dd1 ? (ça aide le Roi blanc à monter au filet) 38. Rg2 Dxc2+ 39. Rg3 De4 (pose des gros problèmes pratiques aux blancs qui auraint du néamoins essayer 40. DxD de 41. Cg5 Fh6 42. Cxf7 Fxe3 43. Cd8 et d4 n'est pas prenable) 40. Ff4 Df5 (la Dame noire est vraiment échangiste) 41. DxD ef 42 Fg5 ? (Cg5) a5 43. Rf4 a4 44 Rxf5 a3 45. Fc1 Ff8 46. e6 Tc7 47. Fxa3 Fxa3 48. Re5 Tc1 49. Cg5 Tf1 50. e7 Te1+ 51 Rxd5 Fxe7 52 fe Txe7 53. Rd6 Te1 ? (Te3!) 54. d5 Rf8 55. Ce6+ ? (55 Rd7 b5 56. Ce6+ Rg8 57. d6 b4 58. Cc5 Rf7 59. rc6 Tc1 60. Rb5 et les noirs n'ont pas b3) Re8 56. Cc7+Rd8 57. Ce6+ Rc8 58. Re7  Th1 59.Cg5? (Rd6 pour aller chercher la nulle tenait plus la position)  60. d6 Td1 61. Ce6 b4 62. Cc5 Te1+ 63. Rf6 Te3 abandon

Une belle empoignade.
C'etait, comme certains l'auront deviné (allô Pierre) la 2ème du match Kramnik - Topalov gagnée par Kramnik

Pour la partie restauration, Guy nous a gratifié après sa razzia dans un concours thématique, de certaines de ses compositions, dont une en collaboration avec Daniel.
Les autres compositeurs commencent seulement à se méfier, mais il est trop tard, c'est qu'il inonde le marché, le bougre !

Bonne lecture à tous et à bientôt pour les rectifications.

Amicalement vôtre

Le greffier     ,


poils éparpillés


Le Fou noir dans l'étude de Bazlov est en c8, non a8.

Partie du jour : la variante 18 g4 est correcte jusqu'au 22e coup noir, mais, précisément à partir du commentaire "ce n'est pas clair", nous sommes dans l'obscurité la plus totale.

Lire bien sûr 29...Cxg6.

Sur 32. Txg4+ ! lire bien sûr 34 Cg1.

Le coup 59...b5 a disparu (59 Rd6 doit être entre parenthèses).

Amusez-vous bien et à mardi prochain

AV

Ajouter un commentaire