15 avril 2014

le mot de Daniel


 

Devant l'absence aussi regrettée que répétée du Greffier en chef, je me vis contraint de le remplacer.

Hélas, comme je suis loin d'avoir son efficacité, cela me prend trop de temps pour que je puisse m'acquitter de cette tâche dans des délais raisonnables.
Voici néanmoins un compte rendu succinct de la séance en espérant la fin rapide des difficultés qui tiennent Rémy empêché et éloigné du cours.
 
Assistance réduite puisque seul Marc était présent. Il évita donc au cours de se transformer en cours particulier et permit à celui-ci de se dérouler à peu près normalement grâce au renfort inestimable qu'il apporta dans les analyses.
 
Je préfère développer les solutions d'études en ajoutant des commentaires qu'on pourra assimiler à du bavardage, mais j'espère que cela pourra aider quelques éventuels lecteurs à mieux comprendre certaines idées afin de pouvoir présenter à leur tour ces études dans le cadre d'initiations qu'ils pourraient réaliser dans leur club.
 
Correction des exercices.
Exercice 1. La position donnée était sensée corriger une analyse erronée de Kramnik que j'avais de façon erronée attribuée à Kasparov (mais on ne prête qu'aux riches).
Cours20140415011
 

 

 
 
 

Le mot du Maître


Trois aidés 2# à une seule solution, ce qui n'existe plus guère. Seul le premier vous fera réfléchir. Ainsi qu'un autre en 3,5 coups (trait aux Blancs).
 
Deux 3# d'un champion du monde. Un tuyau pour le second : 2 X 3 X 2 ! Un vieux 5# stratégique : immobilisation d'une figure. Un très joli multicoups où j'ai laissé traîner la solution. Avant de la lire, voyez si vous pensez au 5e coup. Je laisse également la solution dans le dernier miracle du sorcier de l'inverse : Quadruple promotion couplée avec les 4 mouvements d'un même pion.
 
Les analyses bâclées de Kasparov, nous connaissons. Il est beaucoup plus rare de prendre Kramnik en faute, mais cela peut arriver !
 
Cases conjuguées en finale de Fou et pions, cela nous change un peu... Un prix récent, mais un juge comme on en trouve de moins en moins.  
 
Un maître de la défense (et de la stratégie) en... attaque, contre justement un maître-attaquant. Ce n'est pas triste. Mais curieusement, le coup brillant qui fut encensé, l'adversaire abandonnant 6 coups plus tard, n'était pas du tout le meilleur. Pire, c'était un des rares à ne pas gagner !
 
Attention ! Rendez-vous dès la semaine prochaine, le mardi 22 avril. Que Dieu vous garde.
 
Bonne régalade.

1:..Tb5+ 2:Rc4! Ta5 3:Tg6 Re7! semble bien assurer la nulle car si il est utile aux N de prendre f4, il est encore plus urgent de ramener le R pour qu'il participe à la défense. Le RN confiné sur la colonne "d" coupé par la TB sur la colonne "e" serait sans espoir face au RB accompagnant son P"g". 4:Rb4! Td5 5:Rc3! et je n'ai pas noté la suite de ce combat très fin entre les deux camps menant les N à la nulle car Marc a proposé un plan de gain fort pertinent.
 
Je laisse le lecteur chercher (après 3:..Re7!) le plan des B ayant pour objectif de gagner le Pf5 tout en conservant le Pf4.
 
La tentative est la suivante : 4:Tb6!
Cours20140415012
L'idée est de préparer le coup de T sur la 5è pour gagner f5 tout en utilisant préalablement la T pour ne pas perdre f4.
On fait donc : Tb6-b4 puis Rd4 puis Tb4-c4-c5 (précédé éventuellement d'eun échec en 6eme si le RN s'y trouve).
Ce plan nous a occupés un bon moment et je laisse le soin au lecteur intéressé de chercher la défense noire, défense que le Maître ne manquera pas d'indiquer dans son compte rendu électronique.
 
Exercice 2.
Cours2014041502
Les B jouent et font nulle.
J'ai cherché cette étude, j'ai trouvé quelques idées de base dont une position dans laquelle les B perdent à cause d'un zugzwang mais l'idée profonde de la solution m'avait échappé.
1:e3 (évidemment, si les N jouent eux-même e3 le gain sera facile). Notons en passant qu'un raisonnement typique de solutionniste (ceci n'est nullement péjoratif) est de se dire que si on joue e3 de suite, le Fh1 va devoir revenir défendre via g2 ou f3 et qu'il n'y a pas de différence visible entre ces deux coups, et donc qu'il y aurait un dual, et donc que le Pe2 doit d'abord obliger les N à jouer l'unique coup Fg2...
Il faut bien reconnaître que raisonner ainsi dans une résolution d'étude est un signe d'expérience et ne saurait être condamné, mais en l'occurrence e3 est bien le seul coup, les deux retours possibles du F par g2 ou f3 forment un dual tout à fait mineur que l'on méprisera .... et tout est bien ainsi !
1:..Fg2(ou Fe3) 2:f5 (pourquoi ?) Fh3 3:f6!! et voila l'idée si difficile à imaginer : les B luttent sans l'atout de leur Pf4 mais utilisent le fait que la diagonale b1-h7 est raccourcie par le Pe4 pour simplement menacer de pousser h7 (sans jamais le faire) et mobilisent R et F adverse pour s'y opposer car le Ff5 est persécuté et n'a pas d'autre soutien que son R.
Notons pour apprécier cette idée à sa juste valeur que l'idée se révèlerait vite insuffisante si les N n'étaient pas affligés de la présence du Pf6 dont ils ne peuvent se débarrasser et sans lequel ils auraient un gain clair ! (D'où les deux !! au coup f6).
3:..ef 4:Rh7 Ff5+ 5:Rg8 et les B vont faire nulle en passant par plusieurs positions de zugzwang (réciproque). Les coups sont assez faciles à trouver si on a les bons repères : les B doivent évidemment toujours menacer de pousser h7 et empêcher les N de progresser par Fg6 et Rf5.
5:Rg8 (5:Rg7? Ff5!) Rd6 6:Rf8!! un coup qui semble difficile mais qui est tout à fait logique : 6:Rg7? Re6! permettant Fg6 ou 6:Rh8 Re5 7:Rg7 Re6. Ici, on peut se permettre de laisser jouer Fg6 car le Rd6 n'est pas en situation de soutenir ce F au coup suivant.
 
Exercices à faire pour le prochain cours.
Exo 1.
Cours2014041503
Trait B. Position tirée d'une analyse d'une partie Degraeve Bologan jouée à Belfort.
 
Exo 2.
Cours2014041504
Trait N. Position tirée d'une variante d'une partie Golutchabov - Tregubov.
Parmi les 5 coups candidats a4, axb, Rf3, Rg4 et Tf3, un seul est gagnant. Lequel, et comment ?
 
La partie du jour.
Marshall - Rubinstein.
1.d4 d5 2.Ff4 Cf6 3.Cf3 e6 4.e3 c5 5.c3 Cc6 6.Fd3 Db6 7.Dc1 Fd7 8.0–0 Tc8 9.Cbd2 Fe7 [Tartakover a joué 9...Ch5 ; et Kmoch signale 9...cxd4 10.exd4 Cb4 11.Fe2 Fb5 mais 12.c4 et c'est compliqué] 10.Tb1 10:Db1 est intéressant pour jouer b3, a3, suivis de b4 ou Ta2 ou bien Te1 suivi de Ce5 avec un jeu souple et agréable. Kmoch propose h3 mais désormais, la suite cxd; exd Cb4 est bonne car c4 n'est plus possible après Fb5, échanges et c4 et Cd3 en fin de variante. 10...0–0 11.Dd1 Tfd8 12.Ce5 Cxe5 13.dxe5 Ce8 Un coup courageux face à Marshall. Ce4 était plus simple en raison du face à face d1 d8. 14.Dh5! f5 15.Tfe1 [15.exf6 Cxf6 16.De2 Fe8 17.e4? Fh5 18.De1 Fg6 ne donnait rien aux B] 15...Fb5 16.Fc2 Da6 17.Ta1 Fd3 18.Fd1?! [18.Fxd3 Dxd3 19.Cf3 était bien pour les blancs.] 18...Db6! désormais, les N prennent l'avantage. 19:b3 ne va pas à cause de Da5! mais que jouer ? 19.Cb3?! a5!? Les N veulent chasser le C sans donner d4 [19...c4 20.Cd4 Dxb2 21.Ff3 Cc7 laissait l'avantage aux N] 20.Ff3 Fe4 21.Te2 Cc7 22.Td2 a4 23.Cc1 g6 24.Dh3 Rh8 Kmoch dit que c'est pour jouer g5, mais g5 peut être joué de suite si on le souhaite et par ailleurs 24:..d4! était plus fort avec l'idée 25:cxd4 Db4! 25.Dh6?! [Il fallait jouer 25.Fh6 g5 26.Dh5; ou 25.Ce2 g5 26.Fh5! Td7 27.f3 et ils s'en sortent] 25...Fxf3 26.gxf3 g5 27.Fg3 d4! 28.exd4 f4? [Il était meilleur de prendre en d4 : 28...cxd4 29.cxd4 Txd4 30.Cd3 Cd5] 29.Ce2 fxg3 30.hxg3 Dc6 31.Dh5 Tf8 32.Rg2 De8 33.Dg4 Dg6 34.Th1 c4 avec l'idée Cd5 suivi de b5, b4. 35.De4 Rg7! 36.Dxb7 Cd5 menace g4 37.g4 Txf3? Dans cette position, le coup brillant est le seul qui ne gagne pas parmi les 3 coups candidats Df7, Tb8 et Txf3 38.Dxc8? [38.Rxf3! devait être joué 38...Tf8+ 39.Rg2! De4+ 40.Rg1 Dxg4+ 41.Cg3 Tf3 menaçant a3! 42.a3! et les N devaient prendre la nulle par 42..h5 43:Txh5 Txg3+] 38...De4 sans craindre 39:Cg3 à cause de Txg3 30:Rxg3 Df4+ 39.Rg1 Ce3!–+ 40.Cg3 Txg3+ 41.fxg3 Db1+ 42.Rf2 Cxg4+ 43.Re2 De4+ 0–1 et abandon, (car Marshall va rapidement finir en prison)
 
Enfin, après toutes ces épreuves, je me retrouvai en tête à tête avec le Maître pour le repas et la partie féerique, Marc devant prendre un minimum de repos en prévision de sa prise de service bien avant l'aube ! (c'est l'horreur).
Le problème féerique.
Cours2014041506
 
Aidé 2 coups, 3 solutions.
Rois KoBul
Take&Make
Anti Andernach
La pièce en b5 est un Cavalier de la Nuit.
J'insiste en disant que si cette position semble inaccessible à l'amateur peu averti, c'est une fausse idée et le lecteur qui voudrait s'y laisser conduire serait assuré d'en ressortir enchanté.
** Aidé : Les B et les N coopèrent pour atteindre le but demandé. Ici, les N commencent et concourent à ce que le second coup B fasse mat.
** Rois Kobul : lorsqu'une pièce est prise, le roi de sa couleur prend la marche de cette pièce, et ceci jusqu'à ce qu'une autre pièce soit prise.
** Take&Make : Les pièces effectuent normalement les coups sans prise. Par contre, lorsqu'une pièce prend elle doit impérativement effectuer un déplacement selon le mouvement de la pièce prise. Une prise n'est possible que si le déplacement associé est possible. Ceci sera illustré dans l'explication de la première solution.
** Anti Andernach : Quand une pièce (excepté un R) joue, si elle n'effectue pas de prise elle change de couleur.
** C de la Nuit (noté N) : C'est une pièce qui joue autant de coups de C qu'elle veut, mais tous les pas doivent être exactement dans la même direction. Par exemple, le Nb5 pout jouer en c7, d6, f7, h8, d4, f3, h2, c3, d1 et a3.
 
Pour mater, une ou des pièces B vont apparaître grâce à la règle Anti Andernach.
Et le RN va devoir être enfermé dans une cage adéquate : la règle Take&Make va être utilisée une première fois pour le faire voyager et la règle Rois Kobul servira enfin pour lui donner un mode de déplacement adapté à sa cage.
Voyons cela plus en détail :
 
 
 
 

 

black Pa7b6a5g3g5f6g7 Kc2 Rc4 Bh1 Nb5
h#2(0+11)
b5: Noctambule
{
partie droite de l'échiquier pour avancer et gauche pour reculer ou directement sur le coup

Première solution (je rappelle que les N commencent):
} 1.Bh1-c6=w {Comme ce n'est pas une prise, Anti Andernach fait que le F devient Blanc (ça tombe bien, c'est désormais aux B de jouer !).} Bc6*b5-f7[c2=rN] {(c'est un coup B). Ce coup est une prise donc :
1) Le F reste B
2) Take&Make donc le Fb5 n'a pas terminé son coup, il a fait la prise donc il doit aussi faire "dans la foulée" un déplacement de cavalier de la nuit. Il va en f7.
3) Rois Kobul. Donc le RN se déplacera désormais comme un Cavalier de la nuit.

} 2.rNc2-a6 Bf7*c4-c8[a6=rR] # {Ce coup est une prise donc :
1) Le F reste Blanc.
2) Take&Make donc le Fc4 n'a pas terminé son coup, il a fait la prise donc il doit aussi faire "dans la foulée" un déplacement de T. Il va en...
3) Rois Kobul. Donc le RN se déplacera désormais comme une Tour.
Le coup matant était donc 2:Ff7xc4 - c8 !.
J'espère avoir été compréhensible.
On notera comme toutes les pièces ont bien été utilisées dans la solution.
Et, comme les auteurs sont extrêmement brillants, les 3 solutions auront ces mêmes qualités, sans jamais répéter les schémas.
Du très grand art !

Solution 2.

} 1.Rc4-h4=w {(devient blanche)} Rh4*h1-d5[c2=rB] {(la T B va en d5 et le RN se déplace comme un F)} 2.rBc2-h7 Rd5*b5-h8[h7=rN] # {(la T a terminé son mouvement par un coup de cavalier de la nuit, et le RN se déplace comme un C de la nuit. Il est donc mat car il ne peut aller qu'en f8 où il serait toujours en échec.
Parfaite unité avec la solution précédente.
Examinez bien le processus et la 3eme solution ne pourra pas vous échapper.
Solution 3.

} 1.Nb5-d6=w Nd6*c4-b4[c2=rR][+wNb4] + {(le RN se déplace comme une T)} 2.rRc2-h2 Nb4*h1-f3[h2=rB] # !! {(Le RN h2 se déplace comme un F et ne peut échapper à l'échec du Nf3).}

 

Parfaire réalisation. Il n'est nul besoin d'être expert pour admirer la beauté lorsqu'on la rencontre.


duvet printanier


L'analyse de Kramnik était 54 Rd4? (au lieu de Rc4!) Tb4+ 55 Re5 Te4+ 56 Rf6 et ici, le grand Vladimir omit un coup salvateur, que vous trouverez sans peine.

Le plan de Marc semble contré par la contre-attaque du RN via h5, mais il semble que 54 Rc4! soit tout de même gagnant : 54...Ta5 55 Txg6 Re7 56 Rb4! (au lieu de Tb6) Td5 (menace ...Td4+) 57 Rc3! Ta5 58 Tf6! et, du coup, c'est le RB qui vise h5.

Notez que le "!" donné à 54...Rd7 après 54 Rd4? ne se justifie plus. Mes plates excuses.

Pour l'étude du Gallois, je donne les couples de cases conjuguées, qui aideront les esprits les plus cartésiens : g7/e6, f8/d6, f7/e5 & g8/d5.

Exercice 1 : le diagramme s'est bien produit dans la partie et l'on pourrait demander "comment annuler", mais je ne suis pas aussi cruel. La question était plus simple : dans Re2, Fb4, Pa2, b3 et c2 / Rf5, Pe3, f2 & f4, les Blancs au trait perdent-ils comme l'écrit un joueur à 2650 ?

Exercice 2 : le joueur des Blancs (et auteur de l'analyse que nous critiquons) se nomme Goloshchapov.

Concernant la partie du jour, je ne puis résister au plaisir de faire partager aux récepteurs du compte rendu la remarque que je faisais dans la nuit suivant le cours : sachant que j'avais préparé, en vue du cours prévu initialement pour le 8 avril, mais reporté au 15, une partie commençant par 1 d4 d5 2 Ff4, ouverture qui ne court pas les rues actuellement, quelle était la probabilité pour que, ce même 15 avril, cette ouverture se retrouve dans la partie Korobov-Edouard (à Dubaï), la partie se terminant par le même résultat (gain noir) et par là même autorisant une des plus belles victoires de tournoi jamais réalisées par un Français ?

Au 37e, il s'agit bien sûr des 3 coups candidats Df7, Tb8 et a3 !

Parfait exposé du problème féerique.

Bonne régalade.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×