30 novembre 2010

Le mot de Daniel


Les mesures d'économies budgétaires engagées depuis quelques années ont conduit entre autres à la disparition de la DDE.
Une des conséquences en est que l'Eure et Loir est actuellement prise dans les glaces, emprisonnant le Maître Greffier et privant le cours du 30 novembre 2010 d'une de ses plus précieuses ressources.
Du coup, certaines pointes furent trouvées brillamment par l'assistance de qualité, mais la découverte laborieuse de certains coups d'habitude trouvés en 10 secondes par Rémy retarda le moment du repas réparateur.
 
Pour commencer, une position qui démontre, s'il en était encore besoin, que la maîtrise d'une finale relève certes du calcul (et donc de la puissance d'analyse de celui qui la cherche) mais aussi (et surtout) des connaissances théoriques de l'exécutant.Cours2010113001
B(3): Rg2, Ce3, Pg3. N(3): Rg5 Ta6, Pf5. Les B jouent et annulent.
Je suppose que pour la plupart des lecteurs de ce compte rendu (tout comme pour son auteur bien sûr), la recherche de la solution relève à peu près du hasard.
Il en va tout autrement dès lors que l'on bénéficie des remarques liminaires du maître, que je vous livre (les remarques) :
** Le plan de gain des N consiste à pénétrer avec le R par e4 et/ou e3.
** Pour se défendre, les B doivent disposer de Cg5+ en réponse à Re4 MAIS sur cet échec, les N ne doivent pas disposer du coup Re3.
** La seule forteresse B possible est donc à base de Ch3 et de Rf2 ou Rf3 (si le R est en g2, la case e3 est libre).
Evidemment, lorsqu'on se met à calculer une défense en connaissant ces considérations, les choses sont beaucoup plus simples. On s'aperçoit qu'il existe un plan de défense qui échoue à un temps près si la TN est en b6 ou c6 mais qu'il existe un sauvetage miraculeux avec la T en a6.
 
 

Le mot du Maître


Un panorama, comme chaque année, du championnat du monde de résolution, un des plus mauvais résultats de l'histoire pour la surnommée "équipe de France". Votre maître-bidon était absent, ouf ! Mais de toute façon, les excellents résultats de 2008 et 2009 masquaient la triste réalité : il n'y a aucune relève, la France est, dans ce domaine, un pays mort. Aucun jeune solutionniste, aucun jeune compositeur (si, un seul) à l'horizon.

Nous avons supprimé un 2# idiot (à notre avis) et une étude imbuvable. Nous avons laissé les solutions de quelques positions, au cas où...

J'y ajoute un long problème joli mais assez facile, ainsi qu'un aidé de notre héros national... long aussi, bien plus qu'il ne semble ! Attention au piège !

Un sauvetage miraculeux découvert dans l'analyse d'une partie, à propos d'une critique de livre qui m'a pris un certain temps (voir sur la pièce jointe la variante 7...Ta6?). Je la placerai sans doute sur le forum en perdition dont je parlais le mois dernier.

Du nouveau avec deux pions contre un : impossible ? Ce n'est pas batave.

A l'âge de 20 ans, j'avais été fasciné par une étrange étude des frères Behting (Johann et Carl) comportant une longue manoeuvre de Roi et Fou contre Roi (avec Cavalier immobilisé), qui rappelle l'interminable processus de gain dans Roi + deux Cavaliers contre Roi + pion. J'avais recopié la solution en me promettant de la décortiquer plus tard. ll semblerait que j'aie eu autre chose à faire entre-temps. Mais il n'est jamais trop tard...

Après le 12e coup de notre partie du jour, commençant par 1 d4, on se trouve dans l'ultime partie d'un championnat du monde très long, à l'issue controversée. Mais celle-ci avait commencé par 1 e4. Et l'on se trouvait déjà au 14e coup. Bizarre. Vous avez dit "bizarre" ? Et cette partie peut aussi être dédiée à Bent Larsen in memoriam, puisqu'on y trouve les coups a4! et h4!. Rappelons qu'un journaliste avait écrit en 1966 que le gagnant du tournoi du Havre avait joué a4 et h4 ( ou ...a5 et ...h5 quand il avait les Noirs) dans toutes les parties ! C'était nettement exagéré : il ne le fit "que" dans 8 parties sur 11.

Rendez-vous, si Dieu le veult, pour le cours féerique dans deux semaines, le 14 décembre.
Bonne régalade.

AV


Pour suivre, une (vieille) position de J. Behting.

Cours2010113002
B(3): Rg5, Cf1, Fd5.  N(5): Rc1, Th1, Fg1, Pf2,h2. Les B jouent et gagnent.
Typiquement, cette position accessible à un humain un peu expérimenté est totalement hors de portée du monstre électronique, et ceci encore pour en certain temps. C'est bien compréhensible, car si l'humain est incapable de trouver à coup sûr les meilleurs coups, il peut en  revanche imaginer le plan de gain et vérifier qu'il est imparable. Comme la notion de plan n'a pas de sens pour la machine, imaginer le gain revient pour elle à  calculer des pointes menant au mat dans une position qui ne peut être forcée en moins de 40 coups...
 
Enfin, le maître voulait montrer l'étude qui suit en premier mais il en a différé l'exposé en attendant (vainement) la venue d'Adeline. Il s'est finalement résolu à nous la montrer, au plus grand bénéfice de tous.

Cours2010113003
B(3): Rh2, Pe4,g4.  N(2): Rf2, Pf6. Les B jouent et gagnent.
Evidemment, lorsqu'on sait que cela gagne, on est bien obligé de trouver, les variantes étant de toutes façons faciles à calculer. Mais il est tout à fait extraordinaire que cette position soit gagnante !
 
Pour teminer, une partie de monstres qui vaut surtout (et comme souvent) pour les variantes qui existèrent bien réellement pour les deux joueurs et qui ne furent pas jouées.
 
1:d4 d5; 2:c4 dc; 3:e3 e5; 4:Cf3 ed; 5:ed Cf6; 6:Fc4 Fe7; 7:O-O O-O; 8:h3 Cc6; 9:Cc3. Notons (et pour toi, cher lecteur, j'ajoute "Ha, mais lis !" ) que lors de la dernière partie du championnat du monde de 1984 les joueurs ont obtenu cette position avec le même trait, mais en 11 coups et en commançant par e4.
9:..Ca5 10:Fd3 Fe6; 11:Te1 Cc6; 12:a3 Dd6 (Karpov avait joué a6; Ff4 Dd7) 13:Fe3 Cd5; 14:Dc2 Rh8.
Nous arrivons ici à un embranchement essentiel. Les B peuvent obtenir une position F contre C après 14:Ce4 Dd7; 16:Ce-g5 Fg5; 17:Cg5 h6; 18:Ce6 fe. Que vaut cette position ? Le Maître aime bien les C noirs, et il faut croire que le joueur conduisant les B ne croyait pas trop en un avantage B car il préféra une suite donnant un pion.
15:Tad1.

Cours201011300301
Que vaut donc ce sacrifice de pion ? Comme nous l'allons voir, c'est à l'avantage B mais calculer la chose sur l'échiquier est quasiment impossible. 15:..Cxc3; 16:bxc (sinon, on abandonne la lutte pour la case d5) Dxa3 17:Fxh7! (17:Tb1 Dd6! rendant le P, 18:Txb7 Tb8 et les N se défendent). 17:..Fb3 !? (notons le piège 17:..g6 ?! 18:Fxg6? Fb3! 19:Df5 fxg6! à l'avantage N mais les B pouvaient mieux jouer par 18:d5! Ff5 19:Dd2 Ca5 20:Fc5! suivi de Dh6 et gain) 18:Df5 (qui a dit que Df5 mettait fin à la partie ?) g6; 19:Df4! Rxh7 20:Dh6+ Rg8 21:Fg5! Fxd1! (ça bouge !) 22:Txe7! Dd6! 23:Td7!! (23:Dh4? Fxf3; 24:Ff6 Fh5 gain N) 23:..De6 24:d5 Df5 25:Ch4 De5 26:dxc6 Fc2 (26:..Dg7 défend mieux, mais perd d1) 27:Cf3 Dxc3 28:Td4! et gain.
15:..f5; 16:Fc1 Tad8; 17:Te2 Ff6; 18:Tde1 Fc8 (18:..Fg8? 19:Cb5!) 19:Fc4! Cxc3 (19:..Cb6? 20:Cb5 Dd7; 21:Fe6) 20:bc h6; 21:a4 b6; 22:h4 Ca5; 23:Fa2 c5; 24:Cg5 Fa6?!

Cours201011300302

Un coup assez logique, partant du principe que les B ne peuvent mettre qu'une pièce à la fois en e6 et qu'après Te6 le F ne contrôle plus la case f7.
Maintenant les B gagnent en jouant une variante apparemment interdite.
25:Te6 Dd7; 26:Dxf5! (quand même) Fxg5 27:Dg6!

Cours201011300303

avec la menace terrible 28:Fb1 Rg8 29:Dh7 Rf7 et 30:Fg6 mat
27:..Df7 28:Dxf7 Txf7; 29:hxg5 cxd4; 30:cxd4 Fc4; 31:Te8+ et abandon 20 coups plus tard.

Cours201011300304
Notons enfin, pour l'entrainement tactique, une suite donnée par l'ordinateur montrant sa supériorité sur les suites humaines dans certaines positions :
30:..hxg5 31:Fxg5 Tdf8 32:Fe7 Tc8; 33:Fb1 Fc4; (ici, on pense de suite à Te5) 34:d5! Fxd5; 35:Te5 (quel malin) Fb7 36:Th5 Rg8 37:Fh7 Rh8 38:Fa3 (une telle position ne saurait se simplifier au simple tarif d'une qualité !) Td8: 39: et là, quel est le coup qui gagne une T ?
39:Te7 !! Txe7 (essayez de trouvez un autre coup) 40:Fxe7 gagne au moins une T. Sacré fritz !
 
Bonne nuit, et bonne lecture.


corrections

 


Partie du jour : l'ordre des coups fut 4 Fxc4 exd4 5 exd4 Cf6 6 Cf3, qui est l'ordre courant. Le coup 4 Cf3 fut joué par Stahlberg... et Larsen, évoqué pendant le cours. Sans doute une délicate attention du maître-greffier par interim, rendant hommage à ce grand joueur qui vient de disparaître.

Ajoutons que 24...Dc7 était tout de même une meilleure défense. Et que le coup joué dans l'analyse de 30...hxg5 est 35 T6e5 !

Bonne analyse.

AV

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×